Le cercle des poètes retrouvé_n°19

« J’écris dans un pays dévasté par la peste »

…..

J’écris dans ce pays que les bouchers écorchent
Et dont je vois les nerfs les entrailles les os
Et dont je vois les bois brûler comme des torches
Et sur les blés en feu la fuite des oiseaux

J’écris dans cette nuit profonde et criminelle
Où j’entends respirer les soldats étrangers
Et les trains s’étrangler au loin dans les tunnels
Dont Dieu sait si jamais ils pourront déplonger

J’écris dans un champ clos où des deux adversaires
L’un semble d’une pièce armure et palefroi
Et l’autre que l’épée atrocement lacère
À lui pour tout arroi sa bravoure et son droit

J’écris dans cette fosse où non plus un prophète
Mais un peuple est parmi les bêtes descendu
Qu’on somme de ne plus oublier sa défaite
Et de livrer aux ours la chair qui leur est due

J’écris dans ce décor tragique où des acteurs
Ont perdu leur chemin leur sommeil et leur rang
Dans ce théâtre vide où les usurpateurs
Ânonnent de grands mots pour les seuls ignorants

…..

Louis Aragon

C’était un 21 février…

Il y a 70 ans jour pour jour, le 21 février 1944, les 23 résistants du groupe Manouchian sont exécutés au fort du Mont Valérien.

« Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant. ». Tel était constitué le groupe Manouchian autrement appelé Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d’Oeuvre Immigrée (FTP-MOI), fusillés le 21 février 1944 au Mont-Valérien, pour cause de résistance après des mois d’insoutenables tortures puis un jugement expéditif par un tribunal militaire allemand, à l’exception de la Hongroise Olga Bancic, qui sera décapitée à Stuttgart le 10 mai 1944.
Leur exécution donna lieu à l’Affiche Rouge, affiche de propagande nazie ayant pour but de les salir qui expose les portraits de 10 résistants en plus des six photos d’attentats représentant des actions qui leur sont reprochées.

L’Affiche rouge, placardée en 1944 par les occupants, fait des étrangers, des juifs et des communistes un danger pour la France. 
« Il est très utile de se remémorer l’Affiche rouge, alors que sévit une sorte de chasse à l’étranger, avec son cortège d’antisémitisme, de racisme et de haine de l’autre » souligne Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité dans son éditorial.
L’Humanité publie un hors-série pour les 70 ans de l’Affiche Rouge avec un CD inédit de HK et les Saltimbanks interprétant l’Affiche Rouge de Léo Ferré. Inclus, le poster de l’Affiche Rouge et le poème de Louis Aragon.

Ce hors série consacré aux 70 ans de l’Affiche Rouge fait appel à de nombreux documents d’archive, pour la plupart jamais parus encore jusqu’à aujourd’hui et s’appuie sur des témoignages, notamment celui de Léon Landini, fils d’antifasciste italien engagé dans les FTP MOI, résistant et adhérant au Parti Communiste Français en novembre 1942 en même temps que son intégration au groupe Manouchian, et de Roger Trugnan, un des responsables des jeunes communistes de la MOI.
Il comprend également des entretiens historiques, celui avec Julien Lauprêtre, résistant et président du Secours Populaire qui nous fait part de sa résistance et de sa rencontre en cellule avec Missak Manouchian. Celui de l’historien Serge Wolikow, qui a participé à des projets de recherche sur l’histoire de la Résistance et à l’étude des militants du mouvement ouvrier et enfin celui du cinéaste Robert Guédiguian.

Commander

Et en attendant de le recevoir, on peut relire ici l’article que Sémaphores avait consacré à l’Affiche Rouge en mars 2012, revoir ou découvrir l’interview d’Henri Carayan, l’un des derniers témoins de l’affiche rouge, et écouter la version chantée par Léo Ferré. (Ce qui n’empêche pas de découvrir la version de HK et les Saltimbanks, des jeunes qui assurent et nous rassurent : le relais de mémoire est bel est bien passé).