Après la fuite d’eau, l’appel d’air

Alors que l’Allemagne humilie la France en ouvrant ses portes aux réfugiés par milliers, Didier Porte se demande « ce qu’il faudrait leur mettre devant les yeux pour émouvoir nos compatriotes de droite » réunis ce week-end à l’université Les Républicains de La Baule, où le langage des éléments a remplacé les éléments de langage.


Mediaporte: « Après la fuite d’eau, l’appel d… par Mediapart

 

La fuite d’eau

sarkogrimLe nabot de la République a encore frappé. Voilà qu’il se fait humoriste et raconte des blagues oiseuses à des affidés aussi dégénérés que lui. Les réactions dans la presse sont aussi nombreuses que variées, suffisamment pour que Sémaphores n’aie pas envie de se fendre d’un article supplémentaire à la gloire de ce malade mental qui prétend encore à des fonctions présidentielles. Aussi n’avons-nous sélectionné qu’une photo en pensant qu’elle aidera chacun à réfléchir sur le caractère odieux de ce que Sarkozy appelle une fuite d’eau dans la cuisine …

fuite d_eau

Naufrages et hypocrisie

« La dignité de l’homme est remise entre vos mains : gardez-la ! » Schiller

Une vidéo à voir et à partager largement : Fatou Diome, l’écrivaine franco-sénégalaise, auteur du Ventre de l’Atlantique, prend position sur le naufrage des migrants et dit ses quatre vérités aux européens.
En septembre dernier elle livrait à Arte un récit en cinq volets de son expérience dans un camp de réfugiés au Népal, une expérience qui résonne encore plus fortement aujourd’hui, après le drame du tremblement de terre. Ce texte est en ligne ici. Fatou Diome est également l’auteur d’un poème écrit après les événements de janvier, publié ici, et d’un texte de réflexion paru dans l’Édition des invités de Mediapart.

Extraits de « Ce soir ou jamais », 24/04/2015 © France 2

à savoir…

les-migrants-clandestins-en-mediterranee-36868-hd

Migrants_la pétition d’Amnesty

497r_migrants_1En 2015, un migrant meurt toutes les deux heures à nos frontières
Des centaines de migrants sont morts noyés en moins d’une semaine aux larges de nos frontières :
➞ 19 avril 2015 : au moins 800 personnes seraient mortes dans la nuit du samedi 18 avril au dimanche 19 avril.
➞ 16 avril 2015 : au moins 400 personnes seraient mortes noyées en Méditerranée après avoir quitté les côtes libyennes.
Ce lourd bilan aurait pu être atténué, si ce n’est évité, si les dirigeants européens avaient fait face à leurs responsabilités au lieu de tourner le dos à ces drames et laisser mourir les migrants et réfugiés en mer.
Nos dirigeants prônent la surveillance et le contrôle plutôt que le secours, c’est pourquoi, dans plusieurs pays d’Europe, les citoyens se mobilisent pour appeler les dirigeants européens à changer de politique.
Nous avons déjà recueilli 200 000 signatures.

image2_Amnesty
Il est plus qu’urgent d’appeler François Hollande et les dirigeants européens à changer de politique!

Lien pétition (cliquer sur le logo ou sur l’image ci-dessus) : amnesty_logo

 

Hommages d’artistes aux migrants

africampeduzaQuand les artistes s’en mêlent… ça mérite bien un petit best of sémaphorien des glanes du jour. Avec un peu plus d’humour que le dessin ci-dessus, celui-ci-après ne contient pas moins son pesant de vérité. La Méditerranée n’est pas le cimetière des seuls derniers migrants naufragés. Pour ces deux dernières décennies, le chiffre de 20 000 morts serait largement dépassé sans que l’Union Européenne ait bougé le petit doigt.

mediterranéo

Par ailleurs on apprécie que : « La 56e Biennale d’art contemporain de Venise, qui ouvrira ses portes le 9 mai prochain, accueillera un bateau de quinze mètres plié dans la Une d’un journal relatant la mort de 366 migrants, victimes du naufrage d’un chalutier en 2013.

venise2
Cette œuvre, conçue par l’artiste brésilien Vik Muniz et intitulée Lampedusa, est composée d’une structure en bois réalisée par des charpentiers vénitiens. Elle sera recouverte d’une reproduction géante de la première page d’un quotidien italien relatant le naufrage d’un chalutier transportant des migrants africains qui eut lieu le 3 octobre 2013 à cinq cents mètres de l’île de Lampedusa, près de la Sicile. » Source : Alain Korkos (Arrêt sur Image)

venise_lampeduzaBel hommage aussi que ce « Perdus en mer »…

perdus en mer

Perdus en mer. Encre et feutre sur papier, 26x36cm. 2015 © ARySQUE

« C’était un flot d’hommes robustes, jeunes pour la plupart, porteurs des espérances de tout un clan, de tout un village. Ils étaient les plus brillants d’entre les leurs et c’est pour cela qu’ils partirent, jusqu’au bout du continent, jusqu’à cette ligne tourmentée où la mer fait barrage.
C’était aussi des femmes et des enfants, des amants comme nous autres. Des êtres de chair et de cœur : je les imagine, hommes, femmes, grands et petits, traversés de frissons à l’odeur de l’aimé. » La suite du texte sur Le blog de ARySQUE

erri_luca_migrants_lampedusaLa perle du jour est due à Erri de Luca pour sa Prière aux migrants morts dans le naufrage

Notre mer, toi qui n’es pas aux cieux
Et qui embrasses les rives de l’île
Et du monde, avec ton sel,
Que soit béni le fond de ton océan
Tu accueilles les navires bondés
Sans route sur tes ondes
Les marins pêcheurs sortis dans la nuit
Leurs filets parmi tes créatures
Qui reviennent au matin avec pour prise
Des naufragés sauvés.

 

Notre mer qui n’est pas aux cieux
A l’aube tu as la couleur du blé
Au coucher du soleil, celle du raisin et des vendanges
Nous t’avons semée de noyés plus
Que n’importe quelle époque de tempête.

Pour lire le texte intégral en français et en italien, c’est ici : https://www.actualitte.com/international/priere-d-erri-de-luca-aux-migrants-morts-dans-le-naufrage-56399.htm

 

Migrants : les chiffres d’Amnesty

Migrants. 7 choses que vous ne saviez probablement pas

18 décembre 2014 |  Par Amnesty International

Y a-t-il une différence entre un migrant et un immigrant ? L’immigration est-elle bonne ou mauvaise pour l’économie ? Pouvez-vous citer des migrants célèbres ?

Trouvez les réponses à ces questions aujourd’hui, à l’occasion de la Journée internationale des migrants.

1.    Quelle est la différence entre un immigrant et un migrant ?
Tous les immigrants sont des migrants, mais l’inverse n’est pas vrai. Pour compliquer encore les choses, il y a aussi des « émigrants ». Voici comment cela fonctionne : un migrant se déplace dans son propre pays, ou d’un pays à un autre, souvent pour trouver du travail ou rejoindre des membres de sa famille, à cause de la pauvreté ou d’une situation de crise. Si vous êtes originaire d’Italie et partez vivre en Espagne, alors vous devenez un émigrant en Italie et un immigrant en Espagne. Vous pouvez être qualifié de « migrant international » si vous êtes de nationalité étrangère ou né dans un autre pays. Les termes « immigrant » et « migrant » sont souvent employés de façon interchangeable et parfois confondus avec celui de « demandeur d’asile » (voir question 5).

2.    Combien de migrants y a-t-il dans le monde ?
En 2013, 232 millions de personnes vivaient en dehors de leur pays de naissance, et 700 millions avaient migré à l’intérieur de leur pays. Les principales routes migratoires sont les suivantes : du Mexique aux États-Unis (12,2 millions jusqu’à présent), de l’Ukraine à la Fédération de Russie (3,7 millions) et inversement (3,5 millions), et de l’Allemagne aux États-Unis (1,3 million). Dans le monde, 36 % des migrants se déplacent entre des pays du Sud, et 35 % de pays du Sud à des pays du Nord. Les migrants originaires de pays du Nord sont les plus heureux, selon un récent sondage mondial.

3.    Et combien y en a-t-il là où je vis ?
La plupart des migrants internationaux vivent en Europe (72 millions), suivie par l’Asie (71 millions) et l’Amérique du Nord (53 millions). Il y a de grandes chances que vous surestimiez le nombre de migrants dans votre pays : un sondage mené dans 14 pays a montré que beaucoup de personnes pensent que les immigrants constituent une part bien plus importante de la population qu’en réalité. En Italie, par exemple, certaines personnes interrogées estimaient que 30 % des habitants étaient des immigrants, alors que le vrai chiffre est de 7 %.

4.    L’immigration est-elle bonne ou mauvaise pour l’économie mondiale ?
Selon la Banque mondiale, les migrations internationales sont favorables car les travailleurs peuvent se rendre dans des lieux où ils sont plus productifs. Le montant total de l’argent envoyé par les migrants dans les pays en développement dont ils sont originaires (les fameux « transferts de fonds ») équivaut à trois fois celui que les États dépensent en aide au développement – il s’élevait à environ 404 milliards de dollars américains en 2013. Si l’on prend en compte l’argent que les migrants envoient chez eux dans des pays riches, ce chiffre monte à 542 milliards.

5.    Quelle est la différence entre un migrant et un réfugié ou un demandeur d’asile ?
Un réfugié a reçu l’autorisation de vivre dans un pays étranger car les autorités du sien ne peuvent ou ne veulent pas le protéger d’atteintes aux droits humains. Un demandeur d’asile a déposé une demande en vue de séjourner dans un pays étranger pour les mêmes raisons, mais n’a pas encore obtenu le statut de réfugié.

6.    Qu’est-ce qu’Amnesty International a à dire au sujet des migrants ?
Les migrants sont souvent pris comme boucs émissaires par des responsables politiques ou certains médias qui les désignent comme des « clandestins », des « resquilleurs » – voire des « envahisseurs » – exploitant la générosité des pays d’accueil. Cela donne l’impression que les migrants n’ont aucun droit et conduit au racisme et à la discrimination. Nous voulons chasser ces mythes en mettant l’accent sur les choses positives que les migrants apportent avec eux, notamment les compétences, les ressources et la diversité. Nous œuvrons aussi pour protéger les migrants les plus vulnérables de l’exploitation et des abus commis par leurs employeurs, les trafiquants et les passeurs. En savoir plus.

7.    Pouvez-vous citer des migrants célèbres ?
Il y en a des millions, mais en voici quelques-uns : le footballeur de Premier League britannique Didier Drogba (originaire de Côte d’Ivoire), l’actrice américaine Mila Kunis (d’origine ukrainienne), ou encore la première femme ministre de l’Éducation en France, Najat Vallaud-Belkacem (née au Maroc).
Sans oublier le migrant qui est probablement le plus célèbre du monde actuellement : le pape François (de nationalité argentine).

Et en complément, plus d’informations sur notre campagne SOS Europe : http://www.amnesty.fr/Nos-campagnes/SOS-Europe/Videos/Refugies-et-migrants-la-verite-sur-les-naufrages-en-Mediterranee-12764

Photo : Les affaires d’un migrant dans un foyer au Mexique, en 2010. © Marc Silver

*=*=*=*=*=*=*=*

quelques liens intéressants sur le sujet (pour les anglicistes) :

http://migrationsmap.net/#/FRA/departures

https://www.detective.io/detective/the-migrants-files/

http://owni.eu/2011/03/04/app-fortress-europe-a-deadly-exodus/

De Lampedusa à Syracuse_ le suivi

Lampedusa, un avant-poste du rêve italien pour les milliers de réfugiés qui viennent de la mer, est toujours au centre d’une chronique la plus triste.

Mais Lampedusa n’est pas seulement cela. Personne ne parle de la vie sur l’île. A Lampedusa, « il y a beaucoup », mais il manque beaucoup de choses. Il n’y a pas de livres, par exemple. Et le maire Giusi Nicolini veut remédier à cette situation en faisant de Lampedusa un avant-poste pour les lecteurs et le berceau du livre comme un outil d’intégration.

 

Elle a lancé cet appel :

Lampedusa ne dispose pas d’une bibliothèque et même une boutique où vous pouvez acheter des livres, vous vivriez dans une ville où vous ne pouvez acheter des livres ? Je ne le crois pas ! Donc, si vous avez des livres à la maison, de toute nature, que vous ne lisez pas ou qui ont déjà été lus et dont vous voulez vous débarrasser, adhérer à l’initiative »

Tout le monde peut contribuer. Comment ? Les livres doivent être adressées directement au maire de l’île : Giusy Nicolini, maire-don de livres pour l’ouverture prochaine de la Bibliothèque de Lampedusa Ibby Via Cameroni, 92010.

Source et autres renseignements concernant notamment les livres pour les péquélets : http://blogs.mediapart.fr/edition/immigration-un-autre-regard/article/110813/livres-sans-mots-direction-lampedusa

Par ailleurs, vendredi 16 août 2013, une véritable chaîne humaine s’est constituée pour sauver les 160 migrants cherchant à rejoindre la plage de la station balnéaire de Pachino Morghella, dans la région de Syracuse en Sicile. Ces baigneurs ont contribué avec la Garde côtière au sauvetage de plusieurs femmes enceintes et cinquante enfants dont la plupart sont âgés de moins de trois ans.

 

Par ailleurs encore, avez-vous entendu parler de Riace ? Non ? Eh bien c’est très dommage !

Il y a près de 10 ans, Riace était un de ces petits patelins, perdu au milieu de la Calabre et destiné à disparaître à cause d’un exode rural massif de ses habitants. Aujourd’hui, c’est devenu l’un des bourgs les plus connus d’Europe, repeuplé grâce à l’immigration outre-marine.

Sémaphores vous invite à vous rendre sur le site Café Babel pour un plongeon dans une expérience à ciel ouvert, qui donne du crédit à ceux qui voient dans l’immigration une ressource pour la société italienne et européenne.

Un beau reportage qui donne autant la pêche que des idées, et que nous n’avons pas hésité à envoyer à Manuel Valls ! Manière de rappeler à l’hidalgo qu’il y a d’autres manières d’envisager l’immigration dès lors qu’on veut bien considérer que ce sont d’abord des humains qui émigrent, avant toute autre considération. Suivez ce lien, vous n’allez pas le regretter.

http://www.cafebabel.fr/societe/article/immigration-riace-la-cite-du-futur.html