Priorité aux financiers, quoiqu’il en coûte

47 entreprises étudiées par Basta ! et l’Observatoire des multinationales ont versé l’équivalent de 60 % de leurs bénéfices aux actionnaires en 2012. Cela représente 32 milliards d’euros environ sur les 54 milliards de bénéfices. Encore plus surprenant, des entreprises comme Arcelor-Mittal, Orange, Areva ou GDF ont choisi de verser à leurs actionnaires des dividendes supérieurs à leurs bénéfices ! Oui, vous avez bien lu : Même s’ils perdent de l’argent !

Chez ArcelorMittal, Accor, Areva ou ST Micro, les actionnaires gagnent à tous les coups. Malgré une perte de 2,8 milliards, le n°1 de l’acier a ponctionné 910 millions d’euros au profit de ses actionnaires ! La fortune de la famille Mittal passe avant tout, en tout cas avant les métallos qui sont les grands perdants. En 2013, le groupe supprime 1 600 emplois en Belgique après avoir fermé, l’année précédente, l’aciérie de Florange en Moselle.

Même ambiance chez l’hôtelier Accor. Malgré une perte de 600 millions d’euros l’année dernière, le groupe (Sofitel, Novotel, Ibis, Mercure…) a versé 269 millions d’euros de dividendes… Ce qui ne l’a pas empêché de lancer un plan d’économie en Europe et de supprimer 172 postes en France en 2013.

Autres exemples

Le groupe Arnault possède 15,6% de Carrefour et 46,2% de LVMH, qui a reversé 1,4 milliard d’euros de dividendes à ses actionnaires.

La société Wendel, dans laquelle officie l’ancien président du Medef Ernest-Antoine Seillières, possède 19,4% du groupe industriel Legrand et 17,4% de Saint-Gobain. Ils se sont vu accorder des dividendes équivalent à 91% des bénéfices, soit 700 millions d’euros.

Bouygues, Bettencourt, Pinault… La liste des autres gros propriétaires de capitaux est loin d’être exhaustive. Article très complet et très intéressant sur Bastamag : http://www.bastamag.net/article3591.html

De la violence du capital

 « Chère famille, je vous dis mes derniers mots.

Je veux que vous respectiez ma femme et ma fille. Elles n’y sont pour rien. Je les ai fait souffrir énormément à cause de mon boulot pour monsieur Mittal. Il m’a tout pris, mon emploi, ma famille. Combien de familles va-t-il encore détruire ? Moi je n’en peux plus de ce milliardaire. Vous savez, je me bats depuis 31 ans pour avoir un petit quelque chose et voilà, je vais perdre mon emploi et combien de familles vont le perdre, monsieur Mittal?
> Cher gouvernement, allez vous enfin sauver les milliers d’emplois des familles qui en valent la peine ?
> Ma petite femme et ma fille, je veux que vous sachiez que je vous aime mais monsieur Mittal m’a tout repris : la fierté, la politesse et le courage de me battre pour ma famille.
> Et que la presse soit au courant de mon acte. J’ai fait des panneaux, je voudrais qu’ils soient à l’église, que tout le monde voie pourquoi j’ai mis fin à mes jours. »

 Alain Vigneron avait 45 ans. Il était ouvrier chez Arcelor, responsable de production au laminoir de Chertal. Il s’est pendu samedi. Avant de se suicider il a adressé cette lettre à ses proches et à son délégué syndical.

Samedi, les salariés de PSA qui en sont à leur 32ème jour de grève étaient « invités » à discuter…

Et nous rappelons qu’un agriculteur se suicide en moyenne tous les deux jours.