Laisse aller, ce n’est qu’un Valls

ajout jeudi 5 décembre

Erreur Canal+ : Mélenchon interpelle le CSA

Une « erreur d’indexation des images au service documentation » pour les uns, « un manquement grave à la déontologie » pour les autres. La polémique continue à la suite de la diffusion de fausses images de la manifestation du Front de gauche par Itélé et Canal+. Au Grand journal, ces images avaient été présentées à Jean-Luc Mélenchon comme la preuve que les rangs des manifestants de la manifestation contre les hausses de TVA étaient très clairsemés. Raté : il s’agissait des images de la manifestation de la veille, contre le racisme.

le bidonnage d’Itélé et de Canal+__ ces images ne sont pas celles de la marche du 1er décembre.

mercredi 4 décembre

Qu’une poignée de fachos folkloriques huent le Président de la République dans sa fonction sacrée de devoir de mémoire, et voilà des pages et des reportages pendant des jours. Mais que des dizaines de milliers de citoyens manifestent pour faire entendre leur voix sur une politique fiscale qui soit redistributrice et porteuse de prospérité ailleurs que dans les paradis fiscaux… c’est aussitôt une vaste entreprise de minimisation. Et les médias aux ordres de continuer à voir un extrémiste de droite jusqu’à 8 000 fois plus gros qu’un citoyen de gauche. Bataille de chiffres dont on pourrait se dire qu’elle est habituelle, si ce n’est qu’il ne s’agit plus de stigmatiser quelques milliers de Roms mais des dizaines de milliers de citoyens dont le grand tort serait d’être de gauche sans être solfériniens.

Après avoir annoncé qu’elle ne procèderait plus au comptage des manifestants, la Préfecture a néanmoins dû se fendre d’un chiffre sous l’injonction de Manuel Valls : il n’y avait pas plus de 7 000 personnes à la manif du premier décembre qui regroupait les huit courants du Front de gauche, auxquels s’étaient joints le NPA et Lutte Ouvrière, et plus d’une dizaine de syndicats et associations militantes. Vaine discussion, les photos ci-contre parlent seules et voilà bien ce qui fait peur à l’hidalgo qui nous sert de sinistre de l’Intérieur et ses amis de l’Élysée, de Matignon ou de Bercy. On ne peut pas passer sous silence un regroupement cinq fois plus important que celui de bonnets rouges manipulés par des patrons voyous. Lire la suite

austérité et prix d’un zinzin

05 mai 2013. Alors qu’environ 180 000 personnes se réunissaient à la Bastille pour protester contre les mesures d’austérité, le premier ministre Jean-Marc Ayrault en a profité pour annoncer  que l’État envisageait de réduire sa participation dans le capital « d’un certain nombre d’entreprises publiques » afin de financer des investissements. De son côté, le ministre de l’économie a refusé de préciser quelles participations de l’État seraient concernées. Le critère sera « de jouer ici ou là, cela peut être réduire les taux de participation, cela peut être vendre des participations non stratégiques ».

Autre manière de nous prévenir qu’il faut s’attendre à d’autres privatisations, le grande braderie nationale est commencée. Mais il est très dommage que M. Moscovici ne puisse pas préciser ce qu’il met dans le « non stratégique ».

Il est en tout cas intéressant de croiser cette info avec celle que Daniel Schneidermann a mise en ligne ce 06 mai. A ranger dans la rubrique Le saviez-vous ?

Le sous-marin nucléaire le Vigilant a tiré dans la baie d’Audierne un missile (de type M51, pour les connaisseurs) qui s’est « autodétruit » en mer aussitôt après le tir. La chose aurait pu rester secrète. Pas de chance, les riverains ont assisté à un joli feu d’artifice, et l’ont photographié. La préfecture maritime confirme donc.

Accessoirement, on apprend le prix du zinzin. 120 millions d’euros. Pièce. Et sans charge nucléaire, encore. Car évidemment, pensez-vous, les missiles tirés pour de simples tests ne sont pas équipés de charges.

Quel rapport avec les médias, et la communication ? demanderont les plus vigilants d’entre vous. Celui-ci: la politique française de dissuasion nucléaire échappe à tout débat. Non seulement à tout débat public, mais à tout débat parlementaire. On rogne dans tous les coins, on s’apprête même apparemment à opérer des privatisations partielles, mais pas touche aux zinzins.

source  http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5816