pour réfléchir sur  » l’appel  » du 30 mars

Cet article est paru sur la page Facebook de Bernard Campel. Nous le republions à l’attention des non facebookien(ne)s, avec son aimable autorisation.

Les élections municipales c’est déjà le passé ! La nomination dès le lendemain d’un nouveau Premier Ministre a ouvert une nouvelle séquence politique et expédié en quelques heures les élections municipales dans l’Histoire.

Et pourtant il y aurait tant à dire. Et singulièrement sur les conclusions qui en ont été tirées. Courbes, graphiques, diagrammes aux couleurs chatoyantes, analyses de spécialistes incontestables, et surtout incontournables, tout à concouru à un examen de ces élections au travers du filtre d’un climat politique national. Et qui songerait à nier que ce scrutin municipal a été l’expression d’une sanction ou d’une incompréhension de la politique conduite par le tandem Président-Premier Ministre.
Raclée pour la gauche, mais peut on parler de triomphe pour la droite ? Au petit jeu des villes gagnées ou perdues c’est difficilement contestable. Mais à observer les résultats dans le détail, on ne distingue nul effondrement de la gauche qui recueille 41,61 % des voix face aux 45,65 % des voix de droite. Et que dire du triomphe du Front National ? 6,75 % des électeurs. Où est la percée ? D’évidence l’ascension du FN est « résistible » pour paraphraser Brecht.

Et alors ? Comparons avec un demi-siècle d’élections présidentielles de 1974 à 2012, cela permet d’observer les évolutions du corps électoral. Dans une chronique, le 26 décembre 2013, le chef du service politique de France Culture, Hubert Huertas (aujourd’hui à Mediapart) s’était livré à cet exercice, pour conclure à l’extraordinaire stabilité du corps électoral. Les municipales 2014 semblent confirmer ce constat que les écarts oscillent autour de 4 %…
Mais si, au delà de ces analyses macro politiques, le regard s’attardait sur le local, sur ce que cachent peut être ces élections, il y trouverait le souhait exprimé par les électeurs d’une autre façon de concevoir la politique locale, l’a manifestation d’un désir de citoyenneté ? Dans la région deux exemples méritent peut être de s’y attarder, deux petites villes, Juvignac et Le Grau du Roi, la première en zone urbaine, l’autre en zone périphérique et littorale. Deux communes aux profils sociologiques et aux enjeux économiques différents.
Dans les deux cas, il s’agissait de remplacer un maire élu depuis 1983. Dans les deux cas ils avaient confié à des proches de leur famille politique le soin d’assurer la succession : ce sont des candidats sans étiquette qui ont emporté la mise au soir du 30 mars. Dans les deux cas, et même si la composition socioprofessionnelle des listes diverge, même si les réalités locales peuvent être différentes ces candidats se sont appuyé sur la lassitude d’une longue période sans alternance, mais aussi sur cette impression, réelle ou fantasmée, que la sphère publique était accaparée par des cercles de plus en plus restreints au détriment des intérêts du plus grand nombre. Et dans les deux cas, encore, d’avoir construit leur programme après avoir écouté les aspirations de leurs con-citoyens. Ce qui n’a rien d’anodin.

Si deux exemples ne peuvent autoriser l’amorce de la moindre théorie il ne serait peut être pas sans intérêt d’observer au plus près les résultats de Montpellier, ou de Grenoble, pour n’évoquer que ces deux villes Peut être y retrouverait t’ on cette même exigence des électeurs-citoyens de ne pas être consultés une fois tous les six ans seulement, mais de participer concrètement à la vie de leur ville, de leur village. Dans ces deux exemples aussi il n’est pas difficile de distinguer une méfiance des stratégies d’états major. Des états Majors, et un personnel politique, qui au delà des interprétations nationales du scrutin municipal devraient prêter l’oreille à cet appel du 30 mars.

En avant la rouge et en avant la bleue

Spéciale Elections au Grau du Roi

Le changement graulen

Fin de campagne municipales 2014_ Le Grau du Roi_Quadrangulaire

Inscrits : 8097     Votants : 6409

Nuls et blancs : 109       Exprimés : 6300 = 98,30%

Participation : 79,5%   Abstention ; 20,85%

Léopold Rosso : 2725 = 43,29 %

Bernard Luciani : 416 = 6,60 %

Robert Crauste : 2753 = 43,68 %

Yvette Flaugère : 405 = 6,43 %

==

Etienne Mourrut, le 6 mars 2014, jour de l’inauguration du nouvel Hôtel de Ville

==

==

¤=¤=¤=¤=¤=¤

Mise à jour_vendredi 28 mars 2014

Calimerosso : Rien sans son papa !

Des citoyens électeurs font part de leur surprise d’avoir trouvé une lettre ouverte d’Étienne Mourrut glissée dans le dernier tract du candidat Rosso. Rien de surprenant ni d’illégal, le maire sortant est bien en droit de s’adresser à la population.

Mais quel terrible aveu de faiblesse de la part du candidat prétendant, incapable de se défendre seul, tellement à bout d’arguments qu’il en est même venu à agresser une colistière d’une liste adverse dans sa permanence. C’est dire !…

Mais que dire en revanche du vide sidéral, hormis les éléments de langage propres à une politique politicienne à la papa, de la lettre de monsieur Mourrut ? Rien. Nous l’avons déjà dit, on ne peut commenter le vide.

Ah si ! On peut noter le mot de trop dès la première phrase, en apprenant que c’est sa « famille politique (qui) a missionné Léopold ROSSO ». Le mot « politique » est l’intrus, dès lors que « famille » suffisait largement à comprendre. Mais ça, tout ceux qui se renseignent le savent depuis longtemps.

¤=¤=¤=¤=¤=¤

Photo reçue au courrier sans commentaire. Pas une raison suffisante pour que Sémaphores n’en fasse pas, d’autant qu’elle en appelle au moins deux.

Monsieur Rosso, qui n’a eu de cesse de rappeler combien sa campagne était digne et respectueuse, n’autorise pas moins ses troupes à placarder sa bobine sur du mobilier urbain. On notera que les mêmes crieraient à l’incivilité pour quiconque oserait faire de même.

Et c’est ce même monsieur Rosso dont le portrait s’affiche sur les poubelles qui parle de campagne de « caniveau »… Il est vrai que des poubelles au caniveau il n’y a pas souvent loin. Rassurons-nous, Yvette saura l’aider à balayer devant sa porte. 

Ensuite vous remarquerez ce petit et minable additif à l’affiche, qui voudrait que Robert Crauste ait « oublié sa rose ». Il se trouve que monsieur Crauste n’a pas besoin d’oublier sa rose, pas plus que vous n’oubliez vos convictions, monsieur Rosso, pour conduire une vraie liste d’ouverture. Que vous le vouliez ou non, c’est une réalité que Robert Crauste ne soit encarté nulle part contrairement à vous. Quant à son équipe et ses soutiens, toutes celles et ceux qui s’y intéressent de près auront remarqué qu’à l’exception du brun sale de l’extrême droite, elle est composée de citoyens qui arborent certes la couleur rose, mais aussi le vert et le bleu et le blanc et le rouge, un véritable arc-en-ciel d’ouverture et de démocratie, et qu’en cela elle est la seule et unique liste à souhaiter la liberté, l’égalité et la fraternité. 

Nous en tout cas, monsieur Rosso, nous ne risquons pas d’oublier votre fierté d’appartenir à une UMP dont les principaux dirigeants, tous sans exception, sont aujourd’hui sous l’œil de la justice pour leurs crapuleries, leurs prises d’intérêts, leurs abus de biens sociaux et leurs exactions qui vont jusqu’à de nombreuses morts d’hommes. Cela vous regarde de vouloir nier tout ce qu’une presse d’investigation (et non d’opinion) a mis au grand jour, mais vous ne pourrez plus le nier longtemps, et rien en cette appartenance ne vous honore, ni vous, ni ceux d’une aussi détestable famille politique qui ne savent prôner que l’exploitation de l’homme par l’homme. Le capitalisme est un crime contre l’humanité, les preuves aujourd’hui en sont flagrantes et irréfutables avec la mise à sac de la planète entière, et voilà ce que vous défendez ! De la part d’un ancien instituteur qui aurait dû comprendre qu’il avait à charge de former des citoyens respectueux et responsables, permettez-nous d’être dans le doute et fortement déçus.

Non, monsieur Rosso, l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne. Si ça peut vous aider à réfléchir…

¤=¤=¤=¤=¤=¤

Calimerosso n’en revient pas

_ Calimerosso prend l’avis d’un expert

 ¤=¤=¤=¤=¤=¤

Le Grau-du-Roi en chiffres

Population : 8 178 habitants
Propriétaires : 56,00%
Taux de chômage : 20,60%
Taux de diplômés : 17,00%
Taux de criminalité : 7,51%

Source : INSEE

 ¤=¤=¤=¤=¤=¤

 ¤=¤=¤=¤=¤=¤

Au courrier, cette lettre adressée à Jean-François Copé, président de l’UMP, avec prière d’insérer à l’attention des lecteurs ne disposant que d’un neurone qu’il s’agit d’une lettre parodique.

Association fictive des contribuables Graulens

1 place de l’Enquestre

30240 Le Grau du Roi 

Union pour un Mouvement Populaire

238 rue de Vaugirard

75015 Paris,

 

Le Grau du Roi, le 25 mars 2014

Monsieur le Président,

Tout d’abord, permettez-moi de vous féliciter pour cette brillante réélection au premier tour dans votre ville de Meaux. Avec 64% des voix, vous vous inscrivez dans la digne lignée de vos prédécesseurs et dans celles des hommes de qualité qui composent l’UMP telles que Messieurs Balkany ou Sarkozy. En effet, les électeurs et les français ne se sont pas trompés. Ils ont bien conscience que la présomption d’innocence constitue un principe républicain essentiel et par conséquent, que ce n’est pas le nombre d’affaires judiciaires qui indique la valeur d’un homme politique. Serais-ce le contraire ou inversement proportionnel, j’avoue que je m’y perds dans ces doubles négations.

Mais, je vous écris pour un tout autre sujet.

Au Grau du Roi, nous avons été administrés par un élu appartenant à votre mouvement (et auparavant membre du RPR) pendant plus de 30 ans. Comme vous, cette personne a souvent été élue dès le premier tour, et ce, sans jamais être mise en examen, ce qui prouve, vous en conviendrez, sa grande habileté. Pas le fait qu’elle n’ait jamais été mise en examen, soyons très précis, mais bien le fait qu’elle ait été réélue au premier tour. Ce fut donc un homme politique très habile. (je disais elle, auparavant car j’accordais avec le mot personne)

Je reprends… en revanche, en termes de gestion, il y a comme on dit chez nous :  » de la rouille dans le potage » ou comme on dit à Paris : « quelques résultats difficiles dus à un contexte économique international défavorable et à une frilosité voire à une porosité des marchés ».

Bref, nous sommes endettés jusqu’au cou et non aux couilles comme dit mon fils qui n’a pas la chance d’aller dans les écoles privées de Monsieur Lachaud, autre membre éminent de votre parti. Mais ceci est un autre débat.

Il apparaitrait selon la cour régionale des comptes (ces sales juges de gauche, qui ne sont pas tous à Bordeaux), il apparaitrait donc, un déficit d’environ 60 millions d’euros, soit plus de 2 000,00 € par habitant.

Oui, vous me voyez arriver avec mes gros orteils dépassant de mes tongues bleues, … je vais parler d’argent.

Donc, aujourd’hui au moment de sa succession, ce cher élu laisse à son dauphin, cette ardoise de quelques millions. Remarquez pour un ancien instituteur du XIXe, recevoir une ardoise n’a rien d’incongru.

Ceci étant, sachant à quel point les membres de votre parti peuvent se révéler généreux, je vous sollicite pour organiser un GrauduRoithon. Et parler de thon au Grau du Roi …

En moins de deux mois, vous avez réussi à collecter plus de 11 millions pour rembourser les dépassements du candidat président ; ce qui prouve à la fois votre compétence et la solidarité présente parmi les membres de votre parti.

Sachant que notre édile, lorsqu’il a été député a probablement rendu de grands services à la France mais que l’on a du mal à entrevoir son investissement parlementaire du fait d’une modestie qui l’honore et peut être en raison d’un aveuglement des médias corrompus, de gauche (et souvent parisiens). Sachez d’autant plus, que le relatif assoupissement entretenu pendant toutes ces décennies au sein de notre commune par cet édile s’inscrit totalement dans la lignée du grand Jacques, père fondateur du parti initial et chaleureux et affable Président de notre république de la mer du Nord à la Méditerranée. Les vaches s’en souviennent encore.

Bien qu’il ne s’agisse ici, ni de vaches, ni de veaux (respect au Général), mais de pauvres pêcheurs, je vous prie Monsieur le Président, de lancer cette souscription auprès de vos militants et sympathisants et ainsi permettre à notre commune de relever le défi que constitue, l’entrée doucement mais surement, (ne vous inquiétez pas, le dauphin se semble pas pressé), dans le XXIe siècle.

Je vous promets, si vous réussissez le pari, un buste à votre effigie dans notre nouvelle et submersible mairie.

Veuillez agréer Monsieur le Président, mes salutations populaires les plus respectueuses. 

PS : Enfin, quand je dis populaires, je ne veux pas dire classes …populaires, …. que l’on se comprenne bien.

¤=¤=¤=¤=¤=¤

Un petit coin de ciel bleu (marine ?)

 

 

Reçue au courrier de Sémaphores dans le cadre de la campagne des municipales, cette autre lettre adressée à monsieur Rosso, par une (ou des ?) personne(s) dont la liberté d’expression est entravée. Seul le titre est de la rédaction (et un petit coup de main à l’orthographe).

64% des Graulens vous ont rejeté monsieur Rosso !

Vous perdez 20 points par rapport à la dernière municipale.

Le Front National adoubé par l’Ump, malgré campagne, programme et liste fantômes peut se maintenir au second tour, ainsi que la liste de monsieur Luciani avec 17%. 

Pourtant, de votre côté, le clientélisme et les promesses d’embauche ont tourné à plein régime et pris en otage bon nombre de familles.

Bien des pressions et menaces ont aussi été exercées sur des personnes en leur faisant comprendre ouvertement qu’elles pouvaient perdre leur emploi déjà précaire. Cela est inadmissible et reflète bien votre esprit, comme votre façon de perpétuer le régime de terreur déjà instauré par les vôtres. Une méthode abjecte que vous ne reniez pas et qui vous définit plutôt ! On cherche désormais en vain ce qu’il vous reste d’humanité.

Comment pourrions-nous accepter ces pratiques qui mettent des personnes en danger au seul motif qu’elles ne pensent pas comme vous ? Pourquoi faudrait-il vous faire allégeance et se soumettre à votre pouvoir ?

Comment certains de vos nouveaux colistiers peuvent-ils à ce point se compromettre à vos cotés ?

Connaissent-ils le visage derrière le masque ? Et savent-ils qu’en cas de votre élection ils ne joueront que le rôle de potiches ou de plantes vertes, le pouvoir devant rester concentré à votre seul noyau dur ?

Que leur avez-vous donné, que leur avez vous promis, à eux ?

Plutôt que de vous débarrasser du clientélisme, là encore vous perpétuez un procédé indigne qui ne saurait représenter les valeurs de la République. L’instituteur que vous avez été les a-t-il enseignées aux élèves ? On peut se poser la question. Et vous souhaiteriez devenir le premier magistrat d’une ville avec des méthodes pareilles ?

Non, monsieur Rosso, vous n’arriverez pas à nous convaincre que vous pourriez changer.

Il est nécessaire aujourd’hui de rassembler au delà des clivages toutes les personnes qui ne veulent plus de votre système après 31 ans à la tête du Grau du Roi. Au vu de la place que vous accordez à la liberté d’expression et d’opinion, il va de soi que vous ne pouvez pas incarner ce dont le Grau du Roi a tant besoin, non pas le « petit coin de ciel bleu » que vous proposez, mais un immense ciel bleu pour toutes et tous.

 

Incivilités et délinquance au Grau du Roi

Sous le titre « Robert CRAUSTE répond à l’appel de ses concitoyens » nous apprenons que : « Informé par les habitants de la survenue d’un incendie, Robert CRAUSTE s’est rendu lundi 2 décembre dans le quartier du Repausset-Levant. Trois colonnes de tri sélectif ont été détruites par les flammes et plusieurs voitures stationnées à proximité ont été endommagées.
Sans que l’on puisse faire de rapport absolu de cause à effet avec cet événement, des agissements viennent, depuis quelques temps, nuire à la tranquillité. Trafics, détérioration des installations électriques plongeant le quartier dans l’obscurité sont autant de motifs d’inquiétude et de colère.
Un sentiment d’abandon est partagé pas les interlocuteurs qui pointent l’insuffisance de présence de la police municipale. »

Lire l’article intégral sur : http://www.hisserhaut.org/robert-crauste-repond-a-lappel-de-ses-concitoyens/

À noter que l’élu d’opposition n’était pas seul à se rendre sur les lieux, puisque les faits sont également retranscrits sur le blog de Bernard Luciani, informé de l’incident au même titre que tous les prétendants à la prochaine mairie, en même temps qu’étaient prévenus les pompiers et bien sûr la gendarmerie. L’occasion d’apprendre « qu’aucun élu de la majorité sortante n’a daigné se rendre sur les lieux », ce qui mérite bien cet autre titre :

Sécurité : la mairie laisse se développer une zone de non-droit sur notre commune

Après avoir neutralisé l’éclairage public, des voyous ont incendié deux bornes de tri sélectif devant les immeubles ; bilan : 2 voitures endommagées et des habitants traumatisés (l’incendie aurait pu se propager aux autres véhicules).

Les pompiers sont intervenus vers 4H00 du matin et le constat des actes de malveillance a été réalisé par la Gendarmerie … à 10H00 ; aucun élu de la majorité sortante n’a daigné se déplacer sur les lieux pour écouter – oui, simplement écouter – la détresse des habitants.

Lire sur : http://www.legrauduroi2014.com/securite-la-mairie-laisse-developper-une-zone-de-non-droit-sur-notre-commun.html

Des enfants bons pour le four !

On m’a dit :

« Toi et tes enfants, vous êtes bons pour le four ! »

Non, non, ce n’est pas un Juif qui entend ça en 1940, mais de simples citoyens français d’origine étrangère, en France, en 2013, et juste au moment où ils se décidaient à s’impliquer davantage dans la vie démocratique.

Investie tête de liste Front national à Saint-Alban, commune de 6000 habitants de l’agglomération toulousaine, Nadia Portheault a décidé de jeter l’éponge. Cette jeune mère qu’on nous présentait comme symbole de l’ouverture du FN, assure avoir été stigmatisée pour ses origines. « Je voulais être candidate sous mon nom de jeune fille : Djelida. On m’a vivement conseillé de privilégier mon nom d’épouse, allant même jusqu’à me dire que mon prénom était déjà presque un handicap».

Nadia et son mari

Ah, mais t’as manqué de répartie, Nadia. Il est beau ton prénom, aussi beau que Djelida, et sans doute autant que celui de la patronne que tu voudrais servir, cette Marion Perrine Le Pen qui préfère se faire appeler Marine. Elle a raison, ça sonne mieux et ça fait moins servante à son papa. Tu savais pas qu’elle ne s’appelle pas Marine sur ses papiers d’identité ? Oh pardon !

Mais oui, ils sont comme ça, au FHaine. Peuvent pas s’empêcher de faire croire qu’ils sont autre chose que ce qu’ils sont. Et puis il paraît que ton mari en raconte de belles lui aussi. Par exemple lorsqu’il évoque un responsable du FN 31 qui se vante de la croix gammée tatouée sur le corps de son frère et « fier de dire qu’il est un fils de nazi», ou tel membre du bureau départemental 31 disant qu’il « faut tuer tous les arabes», tel autre avouant sa détestation des homos et des arabes…

Mais il n’y a pas que les gris, les blacks, les roms et les pédés ! Tu oublies aussi les rouges, Nadia. Tu ne te renseignes pas assez sur ceux qui s’apprêtent à voter comme toi. Par exemple l’Action Française. Rien que le nom est beau, n’est-ce pas ? Ça fait patriotique, non ?

Tiens, vise un peu la couverture du n°1 de la revue parue le mois d’octobre dernier. T’as vu le titre ? Ça parle, ça au moins. Et encore, si nos sources sont bonnes, il a été rectifié in extremis. C’est dommage car à la base on avait écrit « Tuons tous les gauchistes ! ». Nous, au vrai FHaine, on adore ces appels réguliers à la paix universelle. Mais si tu nous quittes… n’en parlons plus. On exterminera la racaille sans toi.

Source La Voix du Midi : http://www.voixdumidi.fr/municipales-une-candidate-fn-se-retire-denoncant-l-ambiguite-de-son-parti-61293.html

petit bonus pour aider à la réflexion

Collard fait sa loi dans le Gard

cet article est paru dans MLACTU.FR et sous ce titre. Seules les photos ont été changées et sont de Sémaphores.

« Collard sera tête de liste », promet Yvette Flaugère à qui veut l’entendre. Au Grau-du-Roi (Gard), elle est chargée de monter la liste du Rassemblement Bleu Marine pour les prochaines élections municipales de 2014. « Effectivement, je sais qu’elle fait circuler cette rumeur,reconnaît Gilles Caïtucoli, secrétaire départemental du FN dans le Gard. La rumeur est-elle fondée ? Je l’ignore. »

Nous avons voulu poser directement la question à l’intéressé. « M. le Député Gilbert Collard ne sera pas disponible dans l’immédiat, très pris par son activité au parlement », nous a répondu son attaché parlementaire, Nicolas Meizonnet, à notre demande d’interview. Nous avons surfé, comme nous le conseillait M. le député dans un droit de réponse sur un précédent article consacré à ce sujet. Sur le site du RBM Gard, dans le menu « Municipales 2014 », une seule ville apparaît : « Le-Grau-du-Roi 2014 ». Un petit clic. Et rien. « Nothing found ». C’est marqué.

« Collard est le patron » (Gilles Caïtucoli, secrétaire départemental du FN 30)

Une certitude, tout de même, le candidat du RBM ne sera pas Bernard Luciani qui avait obtenu, dans un premier temps, l’investiture du mouvement pour les municipales 2014 au Grau-du-Roi. Mais celle-ci lui a été retiré par le Front National, qui gère les investitures pour le FN et le RBM. « Gilbert Collard a tout fait pour faire sauter mon investiture, enchainant mensonge sur mensonge », affirme celui qui maintient sa candidature mais au nom du Rassemblement de la droite du Grau-du-Roi.

« Il y a beaucoup de choses qui m’échappent dans cette affaire, concède Gilles Caïtucoli, le patron du FN dans le Gard. Gilbert Collard a évidemment une notoriété que je n’ai pas. Il a un esprit assez indépendant donc je ne m’occupe pas trop de la deuxième circonscription. Je ne sais pas qui sera candidat FN-RBM au Grau-du-Roi. Je ne peux pas exclure qu’il soit candidat. Apparemment, il se destinait plutôt vers Saint-Gilles. Maintenant, il ne dit pas clairement ce qu’il veut faire. Je suis un peu dans l’expectative moi aussi. Il faut tenir compte des réalités, Gilbert Collard a une personnalité telle, qu’il faut reconnaître qu’il est un peu le patron de sa circonscription. »

« Collard est bien loin de nos préoccupations » (Robert Crauste, candidat d’opposition au Grau-du-Roi)

« Collard n’a pas envie d’être maire, affirme Robert Crauste, candidat de l’opposition aux municipales 2014 au Grau-du-Roi, mais qui n’a plus sa carte au Parti Socialiste depuis quatre ans. C’est un homme qui pense d’abord à lui, plus qu’aux autres. Les tribunes radiophoniques et les plateaux télé lui vont bien, il cherche surtout ça. Mettre les mains dans le cambouis pour gérer une commune, je ne pense pas que ce soit son truc. » Lire la suite