Les 10 abominations de Monsanto

Pour réfléchir en ce moment très taftaïen…
Cet article a été publié le 4 Juillet 2015 par Bruno dans Le kiosque aux canards

biobouffe
Dix créations issues de cerveaux malades ou génocidaires, sans qu’il n’y ait eut de véritable condamnation pour empêcher à cette société de nuire ! Monsanto reste donc dans la liste des ennemis publics numéro1 qui devraient être poursuivis pour crime contre l’humanité, sauf qu’on ne touche pas aux sociétés qui font tourner l’économie de l’Oncle Sam. Le problème est aussi l’apparition d’une nouvelle caste de scientifique intéressé par le pouvoir et le statut ainsi que les retours financiers plutôt qu’une recherche tournée vers le bien de l’humanité.

Politiques et transnationales agro-alimentaires et chimiques font bon ménage.
Une des conséquences de la « révolution verte » des années 60, que le gouvernement des États-Unis imposa à son aire d’influence comme moyen de vendre plus de produits agro-chimiques et plus de marchandises agricoles, subjugua la paysannerie de nombreux pays.
Résultat : 65% de toute la biodiversité et des ressources en eau douce mondiale ont été polluées par les agro-toxiques. Des études montrent que 40% de l’effet de serre qui affecte le climat planétaire est causé par l’usage excessif et non nécessaire de fertilisants agricoles chimiques. Dans de nombreuses régions d’Europe, à la suite de la mortalité et de la disparition des abeilles, la productivité agricole a déjà chuté de 30%. Merci Monsanto.

carott
Dernière connerie en date, le « Monsanto Act », signé par le président Obama en mars 2013. C’est un amendement discret glissé dans une loi budgétaire pour l’agriculture aux États-Unis, mais il provoque scandale et stupéfaction chez les défenseurs de l’environnement et les ennemis des OGM : la justice américaine ne pourra plus s’opposer aux mises en culture de plantes génétiquement modifiées, même si leur homologation est contestée devant un tribunal. Une disposition perçue comme un cadeau aux géants de l’agrochimie, Monsanto en tête. Sans oublier le moratoire sur les OGM remis en cause régulièrement en France.

fraiseMonsanto nous empoisonne depuis plus d’un siècle

Mais c’est surtout au cours des 30 dernières années, que les cancers, les maladies neurologiques (Parkinson et Alzheimer) ou auto-immunes, le diabète et les dysfonctionnements de la reproduction n’ont cessé de progresser : une inquiétante « épidémie » qui frappe particulièrement les pays dits « développés ». La cause principale est d’origine environnementale : elle est due aux quelques 100 000 molécules chimiques qui ont envahi notre environnement, et principalement notre alimentation, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Mode de production, de conditionnement et de consommation des aliments, depuis le champ du paysan (pesticides) jusqu’à notre assiette (additifs et plastiques alimentaires), le système d’évaluation et d’homologation des produits chimiques, comme les pesticides, l’aspartame et le Bisphénol A (BPA), est totalement défaillant et inadapté sous les pressions et les manipulations de l’industrie chimique pour maintenir sur le marché des produits hautement toxiques.

pubteleLes 10 aberrations de Monsanto

1. En 1901, John Francis Queeny a fondé la société Monsanto Chemical Works, à St. Louis, Missouri, pour produire des substituts de sucre pour le Coca Cola. Au début des années 70, des études, dont une étude de l’Institut national du cancer Etats-Unis, a révélé que la saccharine provoque le cancer chez les rats et les autres mammifères.

2. Les BPC (biphényles polychlorés) : Dans les années 20 du siècle dernier, Monsanto a commencé à produire des biphényles polychlorés, un refroidissement des éléments pour les transformateurs électriques, les condensateurs et les moteurs électriques. Un demi-siècle plus tard, « l’Environmental Protection Agency US Environmental » a présenté des preuves que les PCB provoquent le cancer chez les animaux et chez les humains. En 1979, le Congrès américain interdit sa production. La Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants interdit les PCB dans le monde entier en 2001. En 2003, Monsanto a payé plus de 600 millions d’habitants de Anniston (Alabama) où se trouvait la production de ces produits chimiques, qui ont souffert de graves problèmes de santé comme le cancer, les maladies du foie et des maladies neurologiques. Selon la recherche menée aux États-Unis en 2011, ce produit chimique continue à apparaître dans le sang des femmes enceintes, alors que d’autres études démontreraient un lien entre les PCB et l’autisme.

3. Le Polystyrène : 1941 Monsanto s’intéresse aux emballages en plastique et en synthétique pour la nourriture. Dans les années 80, l’Environmental Protection Agency américaine l’a placé comme le cinquième produit chimique dont la production génère des déchets les plus dangereux.

4. Les armes nucléaires et la bombe nucléaire : En 1936, Monsanto a acquis Thomas & Hochwalt laboratoires dans l’Ohio et est devenu son département central de recherche. Entre 1943 et 1945, le Ministère a coordonné ses efforts avec le Comité de recherche de l’US National Defense et l’a dédié à la purification et la production de plutonium, mais également pour affiner les produits chimiques qui sont utilisés comme déclencheurs pour les armes nucléaires.

5. Le DDT (dichloro diphényl trichloroéthane): 1944, Monsanto a été l’un des premiers fabricants de l’insecticide DDT pour lutter contre les moustiques qui propagent le paludisme. Le produit a été utilisé comme insecticide dans l’agriculture. Malgré des décennies de publicité par Monsanto pour convaincre que le DDT était sûr, les effets cancérogènes ont été confirmés en 1972. Le DDT a été interdit partout aux États-Unis. Aujourd’hui, il est connu pour causer l’infertilité et les échecs dans le développement des embryons.

6. La dioxine : 1945, Monsanto a commencé à promouvoir l’utilisation de pesticides chimiques dans l’agriculture et la fabrication de l’herbicide 2,4,5-T, l’un des précurseurs de l’agent orange contenant des dioxines. Les dioxines s’accumulent dans la chaîne alimentaire, principalement dans le tissu adipeux des animaux. Ils sont hautement toxiques et peuvent provoquer des problèmes de reproduction et de développement, affecter le système immunitaire, interférer avec les hormones et ainsi causer le cancer.

7. L’Agent Orange : Dans les années 60, Monsanto était l’un des fabricants de l’Agent Orange, utilisé comme arme chimique dans la guerre du Vietnam . À la suite de l’utilisation de l’agent Orange, environ 400.000 personnes ont été tuées ou mutilées, 500.000 enfants sont nés avec des malformations congénitales et 1 million de personnes ont souffert de problèmes de santé, y compris les troupes américaines qui ont également été exposées à la substance au cours d’attaques qu’elles ont mené. Des rapports internes de Monsanto montrent que l’entreprise était au courant des effets toxiques de l’agent orange quand il l’a vendu au gouvernement américain.

8. « Engrais » de pétrole : 1955, Monsanto s’est lancé dans cette pratique après l’achat d’une raffinerie de pétrole. Le problème étant que les engrais de pétrole ont stérilisé la terre, et qu’ils tuent également les micro-organismes bénéfiques du sol.

9. Aspartame : L’aspartame est un édulcorant non-calorique qui est 150 à 200 fois plus sucré que le sucre. Il a été découvert en 1965 par la multinationale pharmaceutique GD Searl. En 1985, Monsanto a acheté GD Searl et a commencé à commercialiser l’édulcorant sous la marque NutraSweet. En 2000 ils ont vendu la marque. NutraSweet est connue comme l’élément qui est présent dans 5.000 types de produits et est consommé par 250 millions de personnes à travers le monde. Il est déclaré sans danger pour la consommation humaine de plus de 90 pays.
En Février 1994, le ministère de la Santé et des Services sociaux a publié la liste des 94 effets possibles que la substance peut avoir sur la santé humaine. En 2012, selon les données de l’Institut Ramazzini (Italie) qui a réussi à tester les effets cancérogènes de NutraSweet chez les rats, la Commission européenne a lancé un nouveau processus de réévaluation de ce composé.

10. Hormone de croissance bovine : La somatotropine bovine recombinante (BGH), également hormone de croissance bovine est une hormone génétiquement modifiée par Monsanto qui est injectée dans les vaches laitières pour augmenter la production de lait. Selon plusieurs enquêtes, notamment en Europe, il y a un lien entre le lait rBGH et le cancer du sein, le cancer du côlon et le cancer de la prostate chez l’homme. Il est à noter que le produit provoque des effets les plus graves chez les enfants pour deux raisons simples : ils boivent plus de lait que les adultes et ont moins de masse corporelle pour traiter des contaminants du lait. L’hormone est interdite au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Japon, en Israël, dans l’UE et en Argentine.
Sans oublier la panoplie des OGM de maïs, soja, riz et pomme de terre…

homazabatre

Les lecteurs informent…

La Section PCF de Nîmes organise

UNE SOIRÉE SPÉCIALE
A L’OCCASION DU REFERENDUM EN GRECE
AU CERCLE DE L’AVENIR – 25 Bis rue Nicot
DIMANCHE 5 JUILLET
à partir de 19 heures
Analyses des résultats
mais aussi apéritif, grillades

*=*=*=*=*=*

banierre_mailL’Assemblée représentative du 6 juin 2015 a proposé un ensemble de votes aux plus de 90 000 signataires du M6R. Pendant deux semaines, nous pouvions ainsi voter sur les principes d’auto-organisation du M6R, les actions que le mouvement mettrait en place ainsi que l’adoption du texte constitutif du M6R «Pour la 6è République». Plus de 4500 citoyens se sont exprimés dans ces quelques jou rs, le M6R avance à grands pas !
Le texte «Pour la 6e République» est adopté à plus de 90 % ! À nous d’organiser des réunions dans tout le pays pour faire connaître ce texte et convaincre de l’urgence de la 6è République.
L’Assemblée est maintenant officiellement dissoute et la fin de ses travaux est actée (84 %). Nous allons désigner au plus vite une équipe d’animation (92 %) composée de binômes paritaires fléchés sur des tâches précises (62 %). L’ouverture des candidatures aura lieu dès demain, sur la plateforme vote.m6r.fr. Les votes se dérouleront au cours de l’été.
Plus de 95 % des signataires ont décidé le lancement d’une campagne basée sur la collecte de cahiers de doléances spécialement édités et commandables en ligne et de travailler à la réalisation concrète d’une proposition de loi de convocation d’une assemblée constituante et à sa diffusion dans la société. Pour les régionales de 2015, le M6R vient de choisir d’interpeler l’ensemble des listes pour faire connaître son combat et défendre ses principes (96 %).
Vous trouverez les résultats détaillés dans cet article et ce document complet. Que les prochains mois soient ceux de l’action, organisons des rendez-vous des signataires dans tout le pays !
En avant vers 6è République !

*=*=*=*=*=*

La pétition d’Élise LUCET sur le secret des affaires_ le suivi

Lucet3 juil. 2015 — Chers signataires,

Mardi nous avons remis vos plus de 400.000 signatures à Constance le Grip, rapporteure du texte « Secret des affaires » au Parlement européen.

Nous lui avons fait part des menaces que présentait le texte malgré les dernières modifications apportées pour tenter de préserver la liberté d’information.

Elle nous a écouté attentivement, a pris note de nos mises en garde, et s’est même dite prête à retravailler son texte.

Cela ne suffit pas ! Lire la suite

Monsanto et l’Ukraine

Les députés allemands dénoncent Monsanto en Ukraine: « Le conflit est utilisé pour la vente de terrains » 

par Claire Bréguet La Nouvelle Gazette | 6 février 2015

Le conflit ukrainien est utilisé pour la vente de terres agricoles au profit de grandes entreprises étrangères comme Monsanto. Des entreprises étrangères financées par la Banque mondiale, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) et le groupe bancaire allemand KfW Bankengruppe participent à la vente de terres agricoles, a déclaré à RIA Novosti le chef du bureau des membres du Bundestag madame Birgit Bock-Luna. Les informations collectées par les membres du Parlement allemand suggèrent que «les précédentes autorités de l’Ukraine ont résisté à une plus grande libéralisation des lois sur l’utilisation des terres mais finalement ces changements ont été faits après le changement de régime par la Banque mondiale et la BERD « . Movassat et d’autres députés allemands de gauche ont demandé à Berlin une explication de la politique allemande en Ukraine. Cette demande correspondant au soupçon que la terre en Ukraine soit utilisé pour semer des végétaux génétiquement modifiés, interdits dans l’Union européenne. Des entreprises agricoles étrangères contrôlent déjà plus de la moitié des terres ukrainiennes: 17 millions des 32 millions d’hectares.

Les députés allemands croient que l’accord sur l’association de l’Ukraine avec l’Union européenne aura un grand impact sur le secteur agricole du pays: l’article 404 du document laisse la «voie libre» pour la libéralisation de la pratique actuelle de la certification des produits et technologies dans l’agriculture et la production de semences génétiquement modifiées. En conséquence, l’Ukraine est sur la liste des marchés émergents les plus prometteurs pour des fabricants comme Monsanto et Dupont. « Il est à craindre que Monsanto exerce une pression sur les autorités ukrainiennes afin de réaliser leurs exigences pour le développement de la biotechnologie et des organismes génétiquement modifiés (OGM). L’ année dernière, Monsanto a dépensé 140 millions de dollars pour augmenter la capacité de production future en Ukraine », dit le document préparé par les députés allemands. La demande mentionne la ligne de crédit de 17,000 millions de dollars octroyé à l’Ukraine en 2014 par les institutions financières internationales menées par le FMI. L’argent a été utilisé par Kiev pour la répartition des cultures. Par exemple, la société allemande Alfred C. Toepfer a reçu une subvention de 60 millions de dollars, grâce à laquelle elle a pu doubler la superficie de ses terres arables en Ukraine, de 50 000 hectares à 100 000 hectares.

Source : http://farmlandgrab.org/post/view/24497-les-deputes-allemands-denoncent-monsanto-en-ukraine-le-conflit-est-utilise-pour-la-vente-de-terrains

Bientôt dans vos assiettes !

OGM et pesticides: le désastre argentin, la guerre transatlantique

Copieux et très intéressant article ce 29 août 2014 |  Par Paul Moreira (http://www.mediapart.fr/), que nous complétons à la suite par un lien et une vidéo pour qui souhaite aller plus loin sur le sujet.

« Bientôt dans vos assiettes ! (de gré ou de force…) », un documentaire de Paul Moreira
Diffusion lundi 1er septembre à 20 h 50, Canal plus.

Les OGM permettent d’utiliser moins de pesticides et de produits chimiques: c’est l’argumentaire de l’industrie transgénique. Problème: il est faux et l’Argentine, massivement convertie au soja OGM, est en train d’en payer le prix fort sur le plan sanitaire et agricole. Le journaliste Paul Moreira en revient, avec un documentaire diffusé lundi sur Canal+. Enquête et extraits.

Manuel Valls est un chaud partisan des OGM. Dans son programme pour la primaire socialiste en 2011, intitulé « l’abécédaire de l’optimisme », il en vantait les bienfaits. Pour l’environnement notamment. Les OGM, expliquait-il, permettaient d’utiliser chaque fois moins de pesticides et de produits chimiques dangereux (voir sa vidéo en cliquant ici). C’est exactement le message que répand partout l’industrie transgénique. Toujours plus d’OGM, c’est toujours moins de pesticides…


O comme « OGM » par manuelvalls

Avec cette promesse, elle a conquis presque toute la planète. Une poignée de pays européens traîne encore les pieds. Mais pour combien de temps ? Depuis le début de la conquête transgénique, le gouvernement américain s’est littéralement mis au service de la firme Monsanto. Et lors des prochaines négociations du traité transatlantique de libre-échange (ou TAFTA), les OGM risquent d’être imposés partout en Europe.

(…)

 

Bientôt dans vos assiettes… – Le 01/09 à 20H55

L’Argentine a entamé sa course au transgénique depuis 1996. Elle a multiplié sa surface cultivée par trois en quinze ans. Un triomphe du point de vue financier. Le soja OGM massivement exporté vers l’Europe a permis à l’Argentine de retomber sur ses pieds économiquement. Aujourd’hui, c’est quasiment 100 % du soja produit en Argentine qui est OGM, et qui résiste au glyphosate. (…)

Les sols argentins sont imbibés de combinaisons d’agrotoxiques. De l’aveu même du gouvernement, personne n’a étudié l’impact sanitaire de ces combinaisons chimiques, leur synergie, leurs effets combinés. Sur un tracteur d’épandage, j’ai découvert des fûts de Round up mélangés à de l’Atrazine, un agrotoxique interdit en Europe (il change le sexe des grenouilles…) et du 2,4 D, un des composants actifs de l’agent Orange, le célèbre défoliant militaire qui a provoqué des vagues d’enfants déformés au Vietnam.

Aujourd’hui au Danemark, demain en France ? Lire la suite

Les tambours de Gaïa se sont réveillés

par Dominique Guillet_ président de l’association Kokopelli

Une nuit de pleine lune embrasée de feux de forêts d’eucalyptus australiens naufragés dans la vallée de l’Urubamba, près de Cuzco dans les Andes,  Xochipelli le Rêveur rencontra Kokopelli le Porteur de Semences. Il lui asséna une question fatidique : il y a 14 000 années de cela, l’agriculture n’aurait-elle pas été le début du chaos social ? Et il déclina coléreusement les dommages collatéraux de cette invention « tombée du ciel » après des millions d’années de chasse et de cueillette : surpopulation, monocultures, esclavage des animaux domestiques, établissement des villes avec leurs polices, leurs armées et leurs tribunaux afférents… et surtout, la destruction intégrale de la biosphère. Il lui asséna une seconde question fatidique : Monsanto, Syngenta, Bayer – et tous les criminels de l’agrochimie – ne constitueraient-ils pas l’aboutissement inéluctable de cette invention de l’agriculture? (…)

Dominique Guillet

Au fil de ces deux derniers milliers d’années, les tambours qui rythmaient la vie quotidienne des Peuples Premiers, des Peuples Indigènes, se sont tus, à jamais, de la Sibérie au Congo, de la Chine au Pérou … et sur toute la planète. Ces peuples qui n’avaient pas inventé le concept d’écologie – puisqu’il ne leur était pas venu à l’imagination de détruire les écrins de vie qui les nourrissaient – furent annihilés inexorablement par un syndrome connu sous le nom de détergent blanc plus blanc que blanc.

Nous sommes au cœur du génocide. (…)

L’opposition contrôlée gangrène une grande partie des mouvements de la société civile.

En Amérique latine, par exemple, les fondations Ashoka et Avina qui financent la lutte contre les chimères génétiques sont elles-mêmes financées par Monsanto ou par les fondations de Bill Gates et de Rockefeller…

En Europe et en Amérique du nord, la plus grande partie des distributeurs d’aliments « biologiques » ont été rachetés par les grands cartels de l’agro-alimentaire : Nestlé, Cargill, Coca-Cola, etc.

En France, par exemple, Lima et Danival ont été rachetés par Hain Celestial, derrière lequel se cache l’argent de Monsanto, Walmart, Philipp Moris, City Group et Martin Lockeed. En France encore, acheter les produits bios de Bonneterre, de Bjorg, d’Evernat, d’Allos, de Tartex, d’Alter Eco… c’est participer à la prospérité du Hollandais Royal Wessanen, l’un des grands groupes Européens de l’agro-alimentaire. En France encore, 95 % des légumes bios commercialisés sont produits à partir de semences de variétés hybrides F1; ce qui signifie que le consommateur bio, par exemple, a une « chance » sur deux d’acheter un melon bio « Monsanto/Bayer/Syngenta » puisque ces trois groupes de la chimie possèdent la moitié des 250 variétés de melons inscrites dans le catalogue national du GNIS; ce qui signifie que de très nombreux maraîchers bios sont complices de la destruction de la biodiversité alimentaire. En France encore, l’association Kokopelli est « certifiée » bio par Qualité France, qui a été racheté par Bureau Veritas, l’un des leaders mondiaux du contrôle industriel. Lire la suite

Récapitulons…

Reconstitution : pour une nouvelle ère politique

Parmi les thèmes abordés : l’histoire de la prise totale de pouvoir du grand capitalisme financier ; les crises, guerres et coups d’État orchestrés pour imposer un marché sauvage, exonéré de toute régulation étatique ; la privatisation de la nature ou la mise sous tutelle de toute l’agriculture mondiale ; le contrôle de la monnaie ; la situation en Grèce…

Intervenants :
– Etienne Chouard
– Frédéric Lordon
– Franck Lepage
– Bernard Stiegler
– Henri Guillemin
– Naomi Klein
– Olivier Delamarche
– Michel Collon
– Xavier Mathieu
– Jean-Paul Jouary
– Claude Bourguignon
– Dominique Guillet
– Pierre Rahbi

OGM et Monsanto_suivi

Le Conseil d’État a annulé jeudi 1er août l’interdiction sur le territoire français de cultiver du maïs transgénique Monsanto (maïs 810). La décision s’appuie sur la jurisprudence européenne dont « il ressort qu’une telle mesure ne peut être prise par un État membre qu’en cas d’urgence et en présence d’une situation susceptible de présenter un risque important mettant en péril de façon manifeste la santé humaine, la santé animale ou l’environnement. Ce risque doit être constaté sur la base d’éléments nouveaux reposant sur des données scientifiques fiables».

Le maïs MON 810 offre une meilleure résistance aux insectes que les espèces naturelles. Mis sur le marché en 1998, il a été interdit par un premier arrêté en 2007. Le Conseil d’État avait déjà pris une décision similaire en 2011, retoquant pour les mêmes motifs la décision d’interdiction du ministère de l’agriculture. Un an plus tard le ministère publie un nouvel arrêté, aujourd’hui rejeté. Huit pays de l’Union européenne ont adopté des clauses de sauvegarde pour interdire la culture des OGM autorisés au niveau européen.

EELV n’a pas tardé à réagir dans un communiqué. Le parti se dit « consterné et scandalisé par cette décision, qui se fait au mépris de la santé humaine, de la santé animale et de l’environnement ». Et il rappelle que Monsanto avait annoncé le 17 juillet renoncer à toutes ses demandes d’homologations en cours dans l’Union européenne, faute de perspectives commerciales.

Par ailleurs, nous avons lue cette info à prendre avec des pincettes : Monsanto achète Academi (ex-Blackwater), la plus grande armée de mercenaires du monde.

C’est du moins ce que révèle un article de Jeremy Scahill pour le journal « The Nation » dans lequel il informe que la plus grande armée mercenaire de la planète, le « service » criminel d’intelligence Blackwater (connue sous le nom de Xe services et plus récemment sous celui d’Academi), a été vendu à la société transnationale Monsanto.

Pour les non anglicistes, le blogueur Ivan Villa a posté sur son blog à Mediapart une traduction d’un autre article en provenance d’Argentine.

http://blogs.mediapart.fr/blog/ivan-villa/310713/monsanto-achete-academi-ex-blackwater-la-plus-grande-armee-de-mercenaires-du-monde

La source en espagnol est ici, un site qui assure un suivi sur l’acoquinement (on est gentil) entre Monsanto et Bill Gates : http://www.matrizur.org/index.php?option=com_content&view=article&id=27500:monsanto-compra-blackwater-el-mayor-ejercito-mercenario-del-mundo&catid=52:contra-las-transnacionales-por-la-soberania-&Itemid=73

Il en est également question sur le site des moutons enragés : http://lesmoutonsenrages.fr/2013/04/30/monsanto-proprietaire-de-la-plus-grande-armee-privee-du-monde/

et celui d’Uranopole : http://uranopole.over-blog.com/article-le-capitalisme-tueur-119336778.html