La course zéro pesticide

headerGreenPeace_zero pesticideAu sein du secteur de la grande distribution, la concurrence fait rage. Sur les prix bas, sur l’origine locale des produits, sur la proximité avec les Français…

Mais qu’en est-il de la mise en œuvre des pratiques agroécologiques et du recours aux pesticides ? Les grandes enseignes ne souhaitent pas se faire concurrence sur ce terrain ? Nous allons le faire pour elles. Nous lançons la Course Zéro Pesticide !

SUIVRE LA COURSE

En lice, les six principales enseignes de la grande distribution française : Auchan, Carrefour, Casino, Intermarché, Leclerc et les Magasins U. À elles seules, elles représentent 85% des parts de marché du secteur alimentaire. Elles ont donc une influence très importante sur les fournisseurs.

Les pommes et les pommes de terre sont le fruit et le légume les plus consommés en France, les plus produits… et parmi les plus traités !

Nous demandons aux distributeurs de supprimer les pesticides les plus dangereux de la production des pommes et des pommes de terre, tout en accompagnant les agriculteurs dans cette démarche et en faisant preuve de transparence.

Laquelle de ces enseignes sera la première à éliminer les pesticides de notre alimentation ?

À suivre…
L’Équipe Agriculture de Greenpeace

http://greenpeace.fr/course-zeropesticide/

Pesticides: pour un contre-lobbying citoyen

Des pesticides jusqu’à 1000 fois plus toxiques que prévu !

Le mot d’Augustin de Livois


Chère amie, cher ami,

Tout d’abord, je voulais vous adresser de la part d’Emmanuel Giboulot ses remerciements les plus sincères, les plus forts. Il a été extrêmement ému par la vague impressionnante de soutien que vous lui avez apportée. Il y a encore un instant, il me rappelait que l’important, ce n’était pas son cas personnel mais la prise de conscience que la pétition a permise. Il espère maintenant que la mobilisation va continuer et faire naître une réflexion plus large qui touche l’agriculture dans son ensemble sans pour autant stigmatiser telle ou telle pratique. L’important, c’est d’avancer ensemble et que chacun puisse faire son chemin.

Vous pouvez encore signer et transférer la pétition en suivant ce lien.

Et il est vrai qu’il y a urgence à réformer notre système agricole à bout de souffle. Une étude récente du Professeur Gilles-Eric Séralini publiée le 14 février 2014 [1], démontre que le système d’homologation des produits toxiques utilisés dans l’agriculture (pesticides, herbicides, fongicides) est obsolète, voire frauduleux, et qu’en réalité ces produits sont jusqu’à mille fois plus toxiques que ce que nous pouvions raisonnablement penser jusqu’à présent.

Comment les chercheurs en sont-ils arrivés à cette conclusion alarmante ?

Lors d’une interview accordée à l’émission « Terre à terre » de France Culture, Gille-Séralini l’explique dans le détail [2]. Il précise d’abord que les pesticides sont composés d’un principe actif et d’adjuvants. Le principe actif est la molécule principale du pesticide (ou d’un médicament). Les adjuvants sont les molécules ajoutées pour en accentuer l’effet. Il s’agit souvent de résidus de pétrole, de gaz, de produits détergents ou de graisses animales oxydées. Si l’on prend l’exemple du célèbre « Round up », le principe actif est le glyphosate, produit réputé peu toxique seul. En revanche, les adjuvants et la formulation finale sont eux très toxiques. Lire la suite