Grèce_le suivi

 Quoi ? Un référendum en Grèce ?

CIgw9ImWsAEkhrkCIgw9S_WcAAKV78CIgw9fqWwAAs7tl
Mais plus sérieusement, voici une petite revue des articles que vous avez peut-être manqués ce lundi 29 juin 2015.

Le spectre de la démocratie dans les couloirs de Bruxelles

Blog de Jacques Sapir dans Marianne

« On ne peut, et on ne doit, préjuger du résultat de ce référendum. Il est même possible que, devenu sans objet, il ne se tienne pas. Mais on doit souligner qu’il représente le retour de la démocratie dans un espace européen dont elle était absente. De ce point de vue, l’initiative prise par Alexis Tsipras représentait la dernière chance d’introduire de la démocratie dans le système européen.

Il est aussi probable que les partis d’opposition, que ce soit Nouvelle Démocratie ainsi que le Parti de centre-gauche La Rivière (To Potami) protestent et cherchent à empêcher par divers recours légaux ce référendum d’avoir lieu. On ne peut plus exclure le fait que ces partis, avec l’aide des nervis fascistes d’Aube Dorée, ne tentent de déstabiliser le gouvernement grec. Ces réactions sont exemplaires des comportements antidémocratiques qui s’épanouissent aujourd’hui en Europe. Ils apportent de l’eau au moulin d’Alexis Tsipras. On sent comment les acteurs européistes de ce drame sont aujourd’hui terrorisés par le spectre de la démocratie.
(…)
Tsipras ne doit ainsi pas s’attendre à un quelconque soutien de la part de François Hollande, renvoyé sans ménagement à sa propre médiocrité et à ses basses compromissions, ni de celle d’Angela Merkel dont la politique est la véritable cause de cette crise. Mais il peut s’attendre au soutien de tous ceux qui, en Europe, se battent pour la démocratie et la souveraineté. »
Lire la suite sur le blog de Jacques Sapir

*=*=*=*=*=*=*

Politis a choisi la bonne photo, accompagnée d’une aussi bonne question :

Voulez-vous vraiment être gouverné par ces gens ?

59575894-600x393-97aac_by Politis
« Il aura suffi d’une pichenette grecque, d’un simple bon vieux croche-patte à l’ancienne sous forme de référendum, pour que l’Europe laisse tomber ses derniers oripeaux de bienséance démocratique.
En témoigne cette réunion tragi-comique des ministres des Finances réunis en catastrophe le samedi 27 juin à Bruxelles, et qui vit la meute perdre totalement les pédales, désemparée et déchirée, ne sachant plus à quel saint financier se vouer, et allant jusqu’à exclure stupidement et par dépit, en toute illégalité, le mouton noir Varoufakis de sa très glauque cour de récré. »

« Une bande de petits dictateurs amateurs »

La suite sur Politis : http://www.politis.fr/Grece-quand-l-UE-perd-les-pedales,31726.html

*=*=*=*=*=*=*

o-EUROPE-facebook

Du côté de Mediapart, c’est le philosophe Étienne Balibar qui a initié un appel de solidarité. Il n’est pas en concurrence avec ceux déjà existants mais vise prioritairement le champ « culturel ».
« Le peuple grec n’a pas un problème avec l’Europe. Lui et nous avons un problème avec ce pouvoir « européen » qui asservit et détruit l’Europe !
Nous ne croyons pas que le peuple grec soit coupable du doublement de sa dette publique en moins de dix ans (1). Ni qu’il doive payer cette dette artificiellement gonflée du saccage de ses droits sociaux, du naufrage de sa démocratie.

Depuis des années les pouvoirs nationaux et supranationaux qui contrôlent l’Union Européenne lui infligent une austérité assortie de « réformes structurelles » qui ruinent son économie et l’enfoncent dans une misère croissante.
Aujourd’hui, le peuple grec dans un sursaut de dignité et de lucidité a donné une majorité électorale à une gauche radicale étrangère aux corruptions et aux compromissions d’hier, qui a formé un gouvernement dont le mandat est de repousser les diktats de la « Troïka » (FMI, BCE, Commission européenne) et d’appliquer une politique de rupture avec cette austérité criminelle.

L’objectif des classes dirigeantes européennes est, non pas d’obliger à rembourser une dette dont tout le monde sait qu’elle ne peut l’être, qui n’a pour fonction que de drainer les fonds publics vers les banques, mais de contraindre le gouvernement d’Alexis Tsipras et de Syriza à la capitulation. Cela afin de pouvoir continuer à étrangler le peuple grec, condamné à mendier indéfiniment des prêts de plus en plus onéreux, et de faire la démonstration aux yeux de toute l’Europe qu’il est impossible de s’attaquer aux banques, de contester le pouvoir absolu des classes dirigeantes, d’ouvrir une alternative à l’austérité…

Lire ici : http://blogs.mediapart.fr/edition/que-vive-la-grece/article/290615/la-grece-au-coeur-de-l-europe

232659Tsirpas2015Finalw

Alexis Tsipras

François Maspero nous a quitté

Pourquoi se battre pour un monde meilleur si ce monde-là ne doit pas être plus beau, c’est-à-dire plus juste, plus fraternel mais aussi esthétiquement plus harmonieux ?

François Maspero est mort samedi chez lui, à Paris. Né le 19 janvier 1932, il avait 83 ans.

« Libraire, puis éditeur, enfin écrivain et traducteur, François Maspero, grande figure de la gauche intellectuelle de la seconde moitié du XXe siècle, a été toute sa vie un passeur de livres et de mots, menant tous les combats nécessaires, de la lutte contre la guerre d’Algérie à la recherche d’alternatives au capitalisme, en passant par le tiers-mondisme, l’anti-stalinisme ou le féminisme. »

C’est ainsi que commence l’hommage de Politis sous le titre « François Maspero : l’homme du partage ». Un hommage à un de plus qui s’en va, un de ceux dont la disparition ne laisse à mesurer que le vide qu’elle met en avant. Sémaphores ne peut qu’inviter ceux qui ne connaîtraient pas François Maspero à lire l’article de Politis (lien ci-après). On y découvre aussi que lors de l’exposition lui était consacrée en 2009 « François Maspero et les paysages humains », les intitulés des différents panneaux étaient éloquents : « Algérie », « Cuba si », « La solidarité des peuples colonisés (1955-1967) », « La longue marche des Noirs américains vers l’égalité », « Vietnam », « Palestine », « Les années 68 », et même « Amiante, 1977. Le collectif de Jussieu »…

Oui, c’était un homme de tous les combats et de tous les partages, sa part à l’élévation de la conscience politique aura été énorme.

L’article de Politis  lire ici  : http://www.politis.fr/Francois-Maspero-l-homme-du,8174.html

Bonus sémaphoriens :

François Maspero interviewé par Chris Marker. En 1970

En septembre dernier (2014) François Maspero était l’invité de Mediapart

 

Les nouvelles cartes du FN

Pour celles et ceux qui l’auraient manquée, une des meilleures analyse du moment sur la montée du FN. C’était dans « Les matins de France Culture » – Départementales 2015 : les nouvelles cartes du FN

invités

Hervé Le Bras
Démographe,
Directeur d’études à l’INED, enseignant à l’EHESS
Spécialiste en histoire sociale et démographie
« La question de l’immigration, c’est terminé. Le FN est porté par les inégalités sociales » entretien avec par Eric Fottorino et Laurent Greilsamer va paraître dans le nouveau numéro du journal « Le un »

Nonna Mayer
Politologue
Directrice de recherche au CNRS, professeur à Sciences-Po
Son article « Quand les femmes s’y mettent » va paraître dans le nouveau numéro du journal « Le un ».


les matins – Départementales 2015 : les… par franceculture

Autre article intéressant sur le sujet, dans Politis, suivez le lien :

La mauvaise note de Le Guen , l’édito de Denis Sieffert du 12 mars

Également dans Politis, une lettre ouverte à Manuel Valls qui trouve que les intellectuels ne sont pas assez monté au créneau dans la lutte contre le FN.

http://www.politis.fr/Manuel-Valls-les-intellectuels-et,30345.html

Sois jeune et tais-toi !

mise à jour le 04 mars

Répétons-leur en attendant.

Qu’ensemble on les emmerde

Entre quatorze et quarante ans

(Maxime Leforestier)

Le nouvel hymne des Enfoirés 2015, largement diffusé sur le Web, a déchaîné moqueries et quolibets des internautes. Et pour cause : le morceau, signé Jean-Jacques Goldman – visiblement devenu un peu réac’ – met en scène un dialogue chanté entre une bande de jeunes anonymes en mal d’avenir, et des stars du show-biz qui leur font la leçon sur le mode « vieux cons soixante-huitard ».
« Vous avez tout, l’amour et la lumière », chante le groupe des jeunes, s’adressant aux chanteurs professionnels. Réponse du groupe des « vieux » : « On s’est battu, on n’a rien volé ». Les jeunes : « Vous aviez tout, paix, liberté, plein emploi. Nous c’est chômage, violence et sida ». Réponse des « vieux » : « Tout ce qu’on a, il a fallu le gagner. À vous de jouer, mais faudrait vous bouger. » À croire que le chômage, le sida et la violence, on l’a bien mérité ! Plus loin, reprise du couplet. Les jeunes : « Vous avez raté, dépensé pollué. » Réponse des « vieux » : « Je rêve ou tu es en train de fumer ? » (sic !).

Les Enfoirés convertis à la doctrine anti-assistés de l’ultralibéralisme décomplexé… C’est Coluche qui doit se retourner dans sa tombe.

Lire sur Politis : http://www.politis.fr/Les-enfoires-anti-jeunes-et-anti,30259.html

Le sujet vu par Didier Porte


Didier Porte : « Salopards d’Enfoirés » par Mediapart

Enfoirés : Jean-Jacques Goldman répond à la polémique et se plante. Il n’a rien compris. A lire sur le nouvel Obs : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1332134-enfoires-jean-jacques-goldman-repond-a-la-polemique-et-se-plante-il-n-a-rien-compris.html

Coluche avait lancé un mouvement d’urgence et de révolte, les enfoirés vont communier dans son église et versent à la corbeille un peu de leur notoriété. Cela ne remet pas en cause l’utilité objective de l’association, animée par des gens formidables, mais change progressivement le sens politique de l’engagement des artistes.

A lire sur Mediapart : http://blogs.mediapart.fr/blog/olivier-beuvelet/030315/enfoires-un-acte-manque-parfaitement-reussi

Si même Attali s’en mêle…

L’écrivain Jacques Attali a violemment réagi sur Twitter, déclarant que «leur dernier clip est un monument de vulgarité et de haine des jeunes.»

Aussitôt relayé par des nombreux twittos, ce message a suscité l’indignation qui lui ont instamment demandé des comptes, et voulant savoir ce que lui faisait pour les personnes vivant dans la précarité. Jacques Attali ne s’est pas laissé démonter: «Le meilleur don est anonyme. Si des chanteurs veulent donner aux Restos du cœur, ils feraient mieux de donner 10% des recettes de leurs concerts», a-t-il répondu.

Oui, c’est bien ce qu’on appelle une fracture générationnelle.

Israël/Palestine : Tout risque de paix est écarté

Denis Sieffert présente le Politis du 24 avril. Il revient sur la crise du processus de paix au Proche-Orient, et sur le dossier de la semaine, Les cinq mensonges de l’Europe.

L’autodissolution de l’Autorité palestinienne serait la politique du pire pour répondre à la pire des politiques israéliennes.

Lire l’article « Au bout de l’impasse » sur le site de Politis : http://www.politis.fr/Au-bout-de-l-impasse,26688.html