Prix Pinocchio 2014_les lauréats

Les lauréats des Prix Pinocchio 2014.

Au cours de la cérémonie, organisée par les Amis de la terre en partenariat avec Peuples Solidaires – ActionAid et le CRID, trois entreprises ont été « distinguées » : Samsung, Shell et GDF Suez.

Shell remporte haut la main le Prix Pinocchio dans la catégorie «Une pour tous, tout pour moi» avec 43 % des votes, pour la multiplication de ses projets de gaz de schiste dans le monde entier, sauf aux Pays-Bas, son pays d’origine, soumis à un moratoire. Alors que cette multinationale, comme les autres grandes compagnies pétrolières, se targue de mener ses opérations en respectant des «principes ambitieux», la réalité constatée sur le terrain, notamment en Argentine et en Ukraine, est bien différente : absence de consultation des populations, puits dans une aire naturelle protégée et sur des terres agricoles, réservoirs d’eaux de forage toxiques à l’air libre, opacité financière, etc.

Dans la catégorie «Plus vert que vert», GDF Suez reçoit le Prix Pinocchio avec 42% des votes, pour ses«obligations vertes». Au mois de mai dernier, ce géant énergétique français avait annoncé fièrement avoir émis la plus importante «obligation verte» jamais réalisée par une entreprise privée, récoltant 2,5 milliards d’euros auprès d’investisseurs privés pour financer soi-disant des projets énergétiques propres. Mais quand on y regarde de plus près, aucun critère social et environnemental clair n’est associé à ces obligations «vertes», et l’entreprise n’a pas publié la liste des projets financés. Elle pourrait même utiliser cet argent pour des projets destructeurs tels que des grands barrages, comme celui de Jirau (Brésil) qu’elle a cité en exemple, et continue par ailleurs à investir lourdement dans les énergies fossiles.

Enfin, avec 40% des votes, le Prix Pinocchio de la catégorie « Mains sales, poches pleines » a été décerné à Samsung, pour les conditions de travail indignes dans les usines qui fabriquent ses produits en Chine : heures de travail excessives, salaires de misère, travail des enfants, etc. Malgré des enquêtes et interpellations répétées de la société civile, et le dépôt d’une plainte en France, ce leader de la high-tech s’entête à nier ces accusations. L’entreprise devrait affronter la réalité et mettre en œuvre des mesures concrètes pour améliorer les conditions de travail des ouvriers et ouvrières chinoises, et mettre fin à ces violations de droits.

Plus de détail : http://www.peuples-solidaires.org/wp-content/uploads/2014/11/CP_18nov2014_LaureatsPPDD2014.pdf

A lire dans les médias qui en parlent :

Altereco+: GDF-Suez, Samsung et Shell médaillés d’or du « green washing »

Terra Eco : Pour qui le bonnet d’âne des prix Pinocchio ? Pour Shell, GDF Suez et Samsung

L’Humanité : Distinction Les horribles prix Pinocchio 2014 décernés à Shell, GDF Suez et Samsung

Les prix Pinocchio 2014

Les prix Pinocchio du développement durable, organisés par Les Amis de la Terre, dénoncent les impacts négatifs de certaines entreprises : celles qui agissent en totale contradiction avec le concept de développement durable qu’elles utilisent pourtant abondamment.

Afin de dénoncer publiquement ce décalage entre les « beaux discours » d’un côté et la réalité des actes des entreprises de l’autre, les Amis de la Terre décernent chaque année trois prix Pinocchio. Une référence, bien entendu, à la fameuse marionnette en bois et à sa très personnelle conception de la vérité…

Samsung, Total, EDF, Perenco… Vous aussi mobilisez-vous pour que votre entreprise « préférée » l’emporte !

 

Catégorie « Plus vert que vert »
– EDF et le charbon de Serbie,
– Pur Projet et la compensation carbone au Pérou,
– GDF Suez et les « obligations vertes ».

Catégorie « Une pour tous,
tout pour moi ! »

– Shell et les gaz de schiste en Ukraine et Argentine,
– Total et les hydrocarbures au Nigéria,
– Crédit Agricole et le charbon des Appalaches.

Catégorie « Mains sales,
poches pleines »

– Perenco, pétrolier opaque en RDC,
– Samsung et l’exploitation d’enfants en Chine,
– Lyon-Turin Ferroviaire et les tunnels sous les Alpes.

http://courrier.peuples-solidaires.org/HS?a=ENX7CqkQXNQk8SA9MKJGpV_nGHxKLZMfA_cStGb5lw8W0bBhOG5mpqVsje_HhdDtiVNm

Jusqu’au 17 novembre 2014, votez sur www.prix-pinocchio.org !

Et les gagnants sont… Véolia, Areva, Auchan.

Dans un précédent article nous avons présenté le prix Pinocchio (voir ici), décerné aux multinationales qui tiennent un discours et qui ont une pratique différente. Cette opération est organisée par Les Amis de la Terre, en partenariat avec Peuples Solidaires, ActionAid France et le Centre de Recherche et d’Information pour le Développement (CRID).Cette année, les votes ont été nombreux puisque 41 000 internautes ont désigné les lauréats, soit le double de votants que les années précédentes.

Veolia a reçu le Prix Pinocchio dans la catégorie « Une pour tous, tout pour moi » avec 39 % des votes, pour son implication dans des projets de privatisation de l’eau en Inde, en particulier à Nagpur », indique Reporterre. Cela alors que la firme se présente en facilitateur d’accès à l’eau dans les pays pauvres.

De même, dans la catégorie « Plus vert que vert », c’est Areva qui a été couronnée. Son fait d’arme : avoir « osé l’inimaginable : ouvrir « Urêka », un musée à la gloire des mines d’uranium sur le site d’anciennes mines du Limousin qui ont laissé un lourd passif environnemental et sanitaire. « Entrez dans l’aventure de l’uranium », propose ainsi Areva, » détaille Reporterre.

Enfin, dans la catégorie « Mains sales, poches pleines », c’est Auchan qui a remporté la palme, pour refuser de reconnaître sa responsabilité dans l’effondrement des usines textiles de Rana Plaza au Bangladesh, mais aussi pour refuser de participer à l’indemnisation des victimes.

Plus de détail sur le site : http://www.reporterre.net/spip.php?article5032

Le Prix Pinocchio

Les nominés 2013 sont…

Trois catégories sont en lice, le prix « Plus vert que vert », qui est décerné à l’entreprise ayant mené la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles. Les entreprises aiment surfer sur la vague du développement durable pour légitimer leurs activités. Mais la réalité est souvent bien moins verte ! Sont nominés dans cette catégorie :
•Areva et son musée de la mine
•Air France et la compensation carbone
•BNP Paribas et le climat

Dans la Catégorie « Mains sales, poches pleines », le prix est décerné à l’entreprise ayant mené la politique la plus opaque au niveau financier (corruption, évasion fiscale, etc.), en termes de lobbying, ou dans sa chaîne d’approvisionnement. Certaines entreprises déploient des trésors d’imagination pour affaiblir ou contourner les normes environnementales et sociales existantes. Leur objectif ? Toujours plus de profit bien sûr, au détriment de l’environnement et des droits humains.
•Auchan et les usines textiles du Bangladesh
•Apple et l’extraction de l’étain en Indonésie
•Alstom et les grands barrages du Brésil

Dans la Catégorie « Une pour tous, tout pour moi », le prix doit aller à l’entreprise ayant mené la politique la plus agressive en terme d’appropriation, de surexploitation ou de destruction des ressources naturelles. Une planète pour sept milliards d’êtres humains, l’équation paraît simple. Pourtant certaines entreprises s’approprient une part excessive du gâteau, et dévorent celle des autres. Leur but ? Gaver une minorité au détriment du plus grand nombre.
•Total et les gaz de schiste en Argentine
•Veolia et la privatisation de l’eau en Inde
•Société Générale et le charbon australien

En savoir plus et voter : http://www.prix-pinocchio.org/nomines.php