Revenu de base inconditionnel_le suivi

habitatLe seuil de pauvreté (SP) est établi à 50 ou 60 % du revenu médian (l’Observatoire des inégalités rappelle régulièrement qu’il ne s’agit là que d’une convention : on pourrait aussi bien dire que la grande pauvreté c’est 30 ou 40%). Lorsque le revenu médian diminue, mathématiquement le seuil de pauvreté s’abaisse (c’est ce qui s’est passé entre 2011 et 2012). Sur la base d’un SP à 60 %, on comptait, en 2012, 8,6 millions de pauvres. On n’a pas les chiffres actualisés, mais on sait qu’en décembre 2014 le nombre de bénéficiaires du RSA socle se situait à 1,9 millions de foyers (soit une hausse de 12 % entre 2012 et 2014). Donc, si on affecte ce pourcentage au nombre de pauvres, on approche vraisemblablement les 10 millions de pauvres en France aujourd’hui.
On peut compléter ce triste tableau ainsi :

– 700 000 personnes sans domicile personnel, dont 400 000 obligées d’habiter chez des tiers et 140 000 SDF (dont 10 000 dormant dans la rue),
– 4 millions de personnes vivent avec de très faibles revenus (bien en dessous du seuil de pauvreté) dans l’un des pays les plus riches du monde,
– mais 6 millions de personnes vivent dans des foyers avec plus de 39200 € par an (3200 pour un célibataire, 4800 pour un couple),
– 15 900 avec 500 000 € par an (chiffre qui a doublé depuis 2004),
– le revenu annuel d’un grand patron : entre 400 et 1110 années de Smic,
– la fortune des 500 plus riches s’élève à 390 Mds€ (+ 15 % en un an) : 67 milliardaires (soit 12 de plus en un an).

Ce qui conduit les rapporteurs à écrire : « Visiblement, ni la crise, ni la politique fiscale n’entament la progression des grandes fortunes. »

GeluckC’est pourquoi nous relançons le dossier-débat sur le revenu de base (ou salaire universel, selon les défenseurs). Car il ne faut pas rêver : l’inversion de la courbe du chômage est une de ces promesses qui n’engagent que ceux qui y croient. Outre une étude qui démontre que 40% des jobs actuels sont parfaitement inutiles à une société efficace, l’avancée fulgurante des technologies et de l’intelligence artificielle promet bien d’autres suppressions d’emplois à très court terme. Du boulot pour tous, c’est terminé, sauf à taxer et imposer proportionnellement toute machine ou robot qui remplace un humain, ou sauf à considérer qu’il y a mille et une manières pour tout un chacun d’apporter sa pierre de plus-value à la société, et que cela nécessite de reconsidérer la notion même de travail. Peut-on vivre, par exemple et pour ne citer que ceux-là, sans les artistes de tous crins, sans les millions de bénévoles qui œuvrent au quotidien via des associations de secours humanitaire, d’entraide, d’alphabétisation, etc. ? Pourquoi ceux qui aident au maintien de la dignité humaine n’auraient-ils pas le droit de vivre dignement de leur apport ? C’est en tout cas un des éléments qui doit permettre de maintenir le débat ouvert.

Où en sommes-nous sur le sujet ? Derniers points relevés dans la presse :

Une somme fixe d’argent, versée à chaque citoyen, salarié ou pas, de manière automatique, pour mieux accompagner les mutations du monde du travail ? Des expérimentations – encore floues – sont annoncées en Finlande ou aux Pays-Bas. L’Aquitaine veut y réfléchir. Le vieux débat sur le revenu de base reprend de plus belle.

En Suisse, un référendum est censé avoir lieu sur le sujet, sans doute en 2016, après le dépôt à Berne de 126 000 signatures exigeant la tenue de cette consultation. En Espagne, la promesse figure, parfois, parmi les revendications du mouvement anti-austérité Podemos. Aux Pays-Bas, la ville d’Utrecht va lancer une expérimentation à partir de janvier 2016, sur un groupe d’environ 300 personnes (on parle d’un forfait de 900 euros par mois pour un adulte, 1 300 pour un couple).

logo-ubi-2Les défenseurs du revenu de base avaient déjà fait parler d’eux en janvier 2014. Ils avaient alors récolté, à travers toute l’Europe, 285 000 signatures de citoyens qui s’étaient déclarés favorables à un « revenu de base inconditionnel ». L’opération n’avait pas suffi à enclencher une dynamique au sein de l’Union. Il aurait fallu beaucoup plus – rassembler un million de noms en l’espace d’un an – pour contraindre la commission de Bruxelles à s’emparer de ce dossier, souvent qualifié de totalement utopique par ses adversaires.

De quoi parle-t-on ? Voilà l’idée générale, qui a rarement dépassé le stade de la micro-expérimentation à travers le monde (sauf quelques exceptions comme l’Alaska) : un revenu fixe, versé à n’importe quel citoyen jusqu’à sa mort, sans aucune condition ou contrepartie (« inconditionnel, universel et forfaitaire », disent les économistes). Qu’on soit riche ou pauvre, avec ou sans emploi, seul ou en ménage, tout le monde touche la même somme. Dans la pratique, il existe des dizaines de manières d’imaginer et de financer cette garantie, théorisée par des économistes de droite (Milton Friedman et son « impôt négatif ») comme des penseurs de gauche (André Gorz et son « revenu d’existence »), des néolibéraux comme des anticapitalistes, et défendue, chez les politiques français, tout à la fois par José Bové et Christine Boutin.

Articles précédents proposés par Sémaphores pour un tour plus exhaustif du sujet (on peut notamment y retrouver le lien vers la pétition européenne, celle qui n’a recueilli à ce jour que 285 000 signatures, soit seulement le quart du million nécessaire pour qu’elle puisse être débattue par le conseil européen) :
http://semaphores.info/2014/01/dossier-revenu-de-base-inconditionnel/

http://semaphores.info/2013/08/revenu-de-base-inconditionnel-et-monnaies-complementaires/

http://semaphores.info/2013/06/reseau-salariat-yes-we-can/

 

Rencontre avec Bernard Friot

En cette nouvelle année nous sommes nombreux à nous demander comment reprendre l’offensive contre les capitalistes après 40 ans de dégradation du rapport de force.  BERNARD FRIOT et le RÉSEAU SOCIAL veulent nous rendre les armes conquises depuis 1945. Il ne s’agit plus de “résister”, il s’agit de conquêtes nouvelles.

Bernard FRIOT sera à Gallargues, au Café de la Renaissance, ces 9 et 10 janvier 2015.

Pour rappel et se remettre dans le bain, on peut revoir des vidéos d’entretiens ou de conférences de Bernard Friot dans les pages de Sémaphores, notamment dans les deux articles suivants :

http://semaphores.info/2013/06/reseau-salariat-yes-we-can/

http://semaphores.info/2013/06/vous-reprendrez-bien-un-peu-de-chomage/

 

Le revenu de base_une idée qui avance

Ces 4 mini-films sont le résultat d’un travail réalisé par Jean-Eric Hyafil, Jonathan de Mulder, Amaru Mbape, Léon Régent, Marc de Basquiat et Sébastien Calvez.

La production de cette série de vidéos a été financée par 81 généreux donateurs. http://www.kisskissbankbank.com/fr/pr… et soutenu par le Mouvement Français pour un Revenu de Base : http://revenudebase.info/

Les calculs ont été réalisés à partir des chiffres officiels que l’on retrouve sur les sites suivants : Lire la suite

Les lecteurs informent

 ¤=¤=¤=¤=¤

Le ministre de l’intérieur sera l’invité de Mediapart le mercredi 12 mars à partir de 20h30, diffusé en direct depuis la rédaction. Accès libre.

Celui qui a terminé avant dernier de la primaire socialiste en 2011 (avec 5,63% des voix) apparaît désormais comme un pivot du gouvernement. Est-ce dû à son ministère ? A son positionnement politique ? Le ministre répondra à ces questions face à nos journalistes. Immigration, sécurité, affaires au niveau national comme en Essonne, positionnement politique… tous ces sujets seront abordés lors de cette confrontation entre le ministre de l’intérieur et notre rédaction, qui a de nombreuses fois manifesté ses désaccords ces derniers mois.

Le programme de la soirée :

18h00. Le grand entretien, présenté par Joseph Confavreux. Comprendre les enjeux de la crise ukrainienne.

19h00. Retour sur nos enquêtes, présenté par Joseph Confavreux. Le Front national à nu, avec Marine Turchi, Haydée Sabéran, auteur de Bienvenue à Hénin-Beaumont, Edouard Mills-Affif, auteur du docu Bassin miné en cours de réalisation

20h30. Manuel Valls face à la rédaction, présenté par Edwy Plenel et Frédéric Bonnaud.

1. Le ministre de l’intérieur (police, sécurité, immigration, racisme, xénophobie, etc.). Avec notamment Carine Fouteau, qui suit les questions d’immigration, et Louise Fessard, qui suit les questions de police.

2. Les affaires de l’Essonne et d’ailleurs (de Dassault à Cahuzac en passant par les affaires de corruption et les questions de vertu en politique). Avec Fabrice Arfi et Karl Laske

3. Le vallsisme est-il un socialisme ? (le positionnement politique, l’itinéraire, la doctrine, les ambitions, l’impopularité du pouvoir, etc.). Avec Stéphane Alliès et Lénaïg Bredoux.

¤=¤=¤=¤=¤

Info par le Collectif Roosevelt

  • Le 12 mars : Ciné-Débat avec le Réseau Revenu de Base

Réduction du temps de travail, revenu de base, les objectifs sont proches : il s’agit de valider le cours historique de la diminution du temps de travail nécessaire pour satisfaire nos besoins, et de permettre de libérer du temps pour des activités plus autonomes et plus épanouissantes. Une soirée thématique pour présenter et discuter du revenu de base, le mercredi 12 mars à 18h45 à la Maison des Sciences Économiques. Pour en savoir plus et rejoindre l’événement.

L’occasion de relire les dossiers Sémaphores consacrés au revenu de base

http://semaphores.info/2014/01/dossier-revenu-de-base-inconditionnel/

http://semaphores.info/2013/08/revenu-de-base-inconditionnel-et-monnaies-complementaires/

http://semaphores.info/2013/06/reseau-salariat-yes-we-can/

¤=¤=¤=¤=¤

MEETING à Nîmes le 14 mars aux Costières

¤=¤=¤=¤=¤

 

¤=¤=¤=¤=¤

L’expo « Jean-Charles Lallement (1914-1970) : rétrospective » aura lieu tout le mois de mars 2014 à la chapelle des capucins, place St Louis à Aigues-Mortes.

Conférence : mercredi 19 mars 18h30 par F.Griot (Archives départementales du Gard) chargée du classement du fonds Lallement.

Association Bacchus le sculpteur

¤=¤=¤=¤=¤

autres annonces Mars 2014 Lire la suite

Dossier : Revenu de base inconditionnel

article mis à jour le 16 janvier 2014

« Un revenu de base, pour tout le monde, de la naissance à la mort, est-ce une douce utopie ? Peut-être. Mais ils sont nombreux à caresser cette utopie, en Inde, au Brésil et en ce moment même en Suisse où des citoyens viennent de pousser à l’organisation d’un référendum sur la question. Il ne faut pas croire pourtant que tous les partisans d’un revenu de base soient de doux utopistes libertaires car on trouve aussi, parmi ces rêveurs, des penseurs et des responsables politiques libéraux voire ultralibéraux.»

C’est en ces termes que Daniel Schneiderman (Arrêt sur Image) ouvrait l’une de ses dernières émissions consacrée au sujet, nous y reviendrons en clôture de ce dossier.

Ce dernier 14 janvier était le jour de la clôture de l’initiative citoyenne européenne en faveur du Revenu de base qui devait rassembler un million de signatures pour ouvrir un débat au Parlement européen. Aux dernières nouvelles, cette initiative n’a réuni que 250 000 signatures dans le délai imparti. Partie remise donc et ce n’est pas une raison pour baisser les bras. Malgré le dépassement de la date butoir, nous continuons de la proposer d’autant qu’on pouvait relever ce matin un total de 285 042 signatures. Autrement dit l’idée continue d’avancer et nous en voulons pour preuve que le revenu de base connaît une percée médiatique dans la presse en ligne française y compris les grands titres comme le Monde Diplomatique. On peut savoir par ailleurs que nos voisins Suisses ont également été 150 000 à faire avancer l’idée sur leur plan national. Mais du travail d’information reste à faire et nous nous y attelons volontiers.

Salaire à vie, Revenu de base inconditionnel, Revenu Universel… Mais de quoi s’agit-il ?

Tous ceux qui s’y intéressent ne le nomment pas dans les mêmes termes, appréhendent diversement ce que pourrait être sa mise en place, ses limites, ses dangers, et c’est bien pourquoi ce débat nous intéresse. Nous en avons déjà parlé dans ces pages en juin puis en août 2013 pour présenter un film documentaire ainsi qu’un débat (voir lien en fin d’article) mais c’est sur l’Initiative Citoyenne Européenne pour le Revenu de Base Inconditionnel que nous mettons l’accent aujourd’hui.

 

D’abord quelques mots sur cette initiative, pour signaler que des citoyens de 15 pays ont travaillés à sa préparation (Autriche, Belgique, Danemark, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays Bas, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Espagne, Royaume Uni). Elle a pour but d’explorer la faisabilité de l’instauration du revenu de base au niveau européen.

Ses initiateurs insistent sur le fait que le Revenu de Base Inconditionnel ne devrait pas remplacer l’état providence mais plutôt compléter le système actuel et le faire passer d’une logique compensatrice à une logique émancipatrice.

Mais tout a un début et il faut d’abord récolter 1 million de signatures parmi les 500 millions de citoyens de l’Union Européenne. Et ce de telle manière que 7 pays au moins aient recueilli leur quota minimum respectif de signatures. (Pour connaître les règles qui peuvent faire aboutir une pétition d’initiative européenne, le mieux est de visiter le site officiel de la commission européenne.)

Avant de vous envoyer sur l’adresse à laquelle on peut signer cette initiative, il est bon de connaître quelques éléments utiles à la réflexion. Lire la suite

Revenu de Base Inconditionnel et Monnaies Complémentaires


Le revenu de base – un nouveau droit humain par partipirate

Pour signer cette initiative mise en place à l’échelon européen, voici le lien qui permet d’accéder directement à la page en français. Attention, il ne s’agit pas d’une simple pétition pour laquelle votre adresse mail suffirait. Il vous sera demandé de vous identifier à partir d’un document officiel de votre choix (passeport, CNI, permis…) : http://basicincome2013.eu/ubi/fr/signer-initiative/

Revenu de Base Inconditionnel et Monnaies Complémentaires

Nous avons déjà présenté les systèmes de monnaies alternatives ou complémentaires (voir article ici), et particulièrement le Sol-Violette mis en place à Toulouse. Il est très intéressant de refaire le point à l’issue de ces trois années d’expérimentation et voir comment ce type économique pourrait faciliter la mise en place d’un salaire de base garanti à vie.

La conférence que nous proposons est celle de Frédéric Bosqué, à Genève, le 27 mars 2013. Elle dure 56 mn, elle est suivie des questions très complémentaires du public.


Revenu de Base Inconditionnel et Monnaies… par mansan

Pour aller plus avant dans la compréhension des mécanismes qui permettraient un salaire de base inconditionnel et garanti à vie, nous proposons le film « Le revenu de base ».

« Un revenu, c’est comme l’air sous les ailes de l’oiseau ! », commence le film. Est-ce que ce revenu devrait être inconditionnel pour chacun ? Est-ce possible, un droit civique économique ?

Le film est captivant, il fait réfléchir, il met le doigt sur ce qui est raisonnable. Il permet de voir la situation de la société et le devoir de l’argent sous un jour nouveau. Un thème d’une actualité brûlante.

Le film peut être regardé en streaming ci-dessous ou sur Dailymotion, mais également être téléchargé gratuitement ou acheté en DVD en se rendant sur : www.kultkino.ch/kultkino/besonderes/le_revenu_de_base_film_francaise


Le revenu de base – le Film par Actuchomage