Secret des affaires

Enquêtes sur la corruption, sur l’usage de l’argent public, c’est le rôle de certains journalistes mais aussi celui de parlementaires et d’associations anti-corruption. Or, nombreux sont ceux qui souhaitent étouffer ces enquêtes. Pour préserver le secret des affaires…

« On ne veut plus des lanceurs d’alerte »

Pour en débattre, Daniel Schneidermann recevait cette semaine trois invités : Jean-Luc Touly, président de la FRICC ( Front républicain d’intervention contre la corruption) et par ailleurs lanceur d’alerte sur les marchés publics de l’eau, Fabrice Rizzoli, représentant d’Anticor, et Brigitte Gonthier-Maurin, sénatrice communiste des Hauts-de-Seine, rapporteure de la Commission d’enquête sur le crédit impôt recherche, rapport qui, comme Arrêt sur Image l’a raconté sur son site, ne sera jamais publié.

L’émission est en principe réservée aux abonné-e-s (vous pouvez essayer ce lien pour la voir en intégralité : http://www.arretsurimages.net/emissions/2015-06-19/Secret-des-affaires-On-ne-veut-plus-des-lanceurs-d-alerte-id7836) mais nous ne résistons pas à partager deux larges extraits édifiants.

Dans le premier, Jean-Luc Touly, président de Fricc, raconte pêle-mêle ses combats de lanceur d’alerte sur les marchés publics de l’eau accaparés par les grands groupes dont Veolia, dont il est salarié, les coupures de son Intranet par sa direction pour ne pas communiquer d’information aux salariés mais aussi l’argent des syndicats sur lequel on ne peut enquêter.


2015-06-19-ASI-corruption_2 par asi

Dans le second il est question de la directive sur le secret des affaires. Si elle est adoptée par le parlement européen, va-t-elle entraver la liberté d’informer voire d’enquêter comme l’affirme sur le plateau du Grand journal Edouard Perrin, journaliste qui a révélé l’affaire Luxleaks ? Les invités de Daniel Schneidermann, tout comme Elise Lucet, à l’origine d’une pétition qui a engrangé 310000 signatures, en sont convaincus.


2015-06-19-ASI-corruption_4 par asi