Je signe avec les Grecs !

Appel au Président de la République

« La place de la France est aux côtés du peuple grec »

grece-carte-petition-hollandeMonsieur le Président de la République,

La crise grecque s’exacerbe de façon alarmante. Chaque jour qui passe peut, soit nous rapprocher d’un accord utile à toute l’Europe, soit d’une rupture dont personne ne peut prévoir les conséquences. L’intransigeance des principaux dirigeants européens peut nous conduire alors au bord de l’abîme. Il est aussi vital que pressant de sortir de ce piège. Le moment est crucial. La responsabilité de chaque acteur concerné est directement engagée. Il serait sordide -et au demeurant parfaitement vain- d’escompter une capitulation du gouvernement grec. La fidélité de celui-ci au mandat que lui a confié son peuple n’est pas un défaut mais un exemple à suivre. S’il refuse la compromission, il s’est, en revanche, montré prêt au compromis. Une solution à la fois digne et réaliste est donc à portée de la main. Le moment ultime est venu pour la concrétiser.

C’est dans ce contexte que nous vous lançons un appel solennel : la France ne peut, dans un tel moment, apparaître inerte sinon suiviste des puissants. Son message ne peut se réduire à un rappel docile des « règles » à respecter quand la maison brûle. D’autant que ces règles sont aujourd’hui massivement récusées par les peuples et reconnues contre-productives par nombre de leurs anciens protagonistes eux-mêmes.
Aujourd’hui, alors que la crise de confiance entre les citoyens et les institutions européennes est à son comble, c’est en se montrant capable d’entendre l’exigence de justice, de dignité et de souveraineté d’un peuple debout qu’un pays comme le nôtre sert la cause européenne bien comprise. A l’inverse, qui humilie la Grèce obère l’avenir de la construction européenne. Car le refus de l’austérité et l’aspiration démocratique sont aujourd’hui en Europe les attentes les plus partagées.

C’est pourquoi nous attendons de vous, que vous preniez une initiative politique de nature à débloquer les négociations entre l' »Eurogroup » et les autorités grecques. Nous n’évoquerons pas ici les transformations profondes à promouvoir en Europe qui font débat entre nous. L’acte urgent que nous vous demandons d’accomplir est de refuser de participer à la stratégie d’isolement de la Grèce, concernant en particulier le chantage financier et la nature des « réformes » exigées du gouvernement et du Parlement de ce pays. Apportez un soutien explicite aux mesures saines prises par les autorités grecques, telles que celles qui s’attaquent à la crise humanitaire en Grèce, ou qui permettent enfin de lutter contre l’évasion fiscale. Désolidarisez-vous en revanche nettement des exigences insoutenables de l' »Eurogroup » en matière de dérégulation du marché du travail, de révision du système des retraites ou de privatisations. Acceptez enfin le principe d’une renégociation de la dette grecque, dont une large part est notoirement illégitime.

Cette situation est sans précédent dans l’Union européenne. La France doit prendre la place qui est la sienne dans l’Histoire, celle-ci est aux côtés du peuple grec et de son gouvernement.

Monsieur le Président,
Le gouvernement Tsipras veut rompre avec l’austérité en Europe. Il tient ses promesses.
La France doit le soutenir !
Je signe !
Avec les grecs !

http://www.pcf.fr/72153

Liste des premiers signataires après la balise : Lire la suite

Grève à la SNCF_le suivi

Grève à la SNCF : une mobilisation nécessaire et légitime !

16 juin 2014 |  Par Les invités de Mediapart (http://www.mediapart.fr/)

Plusieurs dizaines de personnalités, économistes, politiques, sociologues… soulignent que « les cheminots préservent ce qui doit être un bien commun. C’est l’intérêt de tous, et c’est une nécessité écologique, de bénéficier de transports communs qui fonctionnent correctement. » Elles demandent au gouvernement de suspendre l’examen du projet de loi. Lire la suite

De Lampedusa à Syracuse_ le suivi

Lampedusa, un avant-poste du rêve italien pour les milliers de réfugiés qui viennent de la mer, est toujours au centre d’une chronique la plus triste.

Mais Lampedusa n’est pas seulement cela. Personne ne parle de la vie sur l’île. A Lampedusa, « il y a beaucoup », mais il manque beaucoup de choses. Il n’y a pas de livres, par exemple. Et le maire Giusi Nicolini veut remédier à cette situation en faisant de Lampedusa un avant-poste pour les lecteurs et le berceau du livre comme un outil d’intégration.

 

Elle a lancé cet appel :

Lampedusa ne dispose pas d’une bibliothèque et même une boutique où vous pouvez acheter des livres, vous vivriez dans une ville où vous ne pouvez acheter des livres ? Je ne le crois pas ! Donc, si vous avez des livres à la maison, de toute nature, que vous ne lisez pas ou qui ont déjà été lus et dont vous voulez vous débarrasser, adhérer à l’initiative »

Tout le monde peut contribuer. Comment ? Les livres doivent être adressées directement au maire de l’île : Giusy Nicolini, maire-don de livres pour l’ouverture prochaine de la Bibliothèque de Lampedusa Ibby Via Cameroni, 92010.

Source et autres renseignements concernant notamment les livres pour les péquélets : http://blogs.mediapart.fr/edition/immigration-un-autre-regard/article/110813/livres-sans-mots-direction-lampedusa

Par ailleurs, vendredi 16 août 2013, une véritable chaîne humaine s’est constituée pour sauver les 160 migrants cherchant à rejoindre la plage de la station balnéaire de Pachino Morghella, dans la région de Syracuse en Sicile. Ces baigneurs ont contribué avec la Garde côtière au sauvetage de plusieurs femmes enceintes et cinquante enfants dont la plupart sont âgés de moins de trois ans.

 

Par ailleurs encore, avez-vous entendu parler de Riace ? Non ? Eh bien c’est très dommage !

Il y a près de 10 ans, Riace était un de ces petits patelins, perdu au milieu de la Calabre et destiné à disparaître à cause d’un exode rural massif de ses habitants. Aujourd’hui, c’est devenu l’un des bourgs les plus connus d’Europe, repeuplé grâce à l’immigration outre-marine.

Sémaphores vous invite à vous rendre sur le site Café Babel pour un plongeon dans une expérience à ciel ouvert, qui donne du crédit à ceux qui voient dans l’immigration une ressource pour la société italienne et européenne.

Un beau reportage qui donne autant la pêche que des idées, et que nous n’avons pas hésité à envoyer à Manuel Valls ! Manière de rappeler à l’hidalgo qu’il y a d’autres manières d’envisager l’immigration dès lors qu’on veut bien considérer que ce sont d’abord des humains qui émigrent, avant toute autre considération. Suivez ce lien, vous n’allez pas le regretter.

http://www.cafebabel.fr/societe/article/immigration-riace-la-cite-du-futur.html