Ces villes qui se déclarent hors TAFTA

Bruxelles déclarée « Zone hors TTIP » dans l’indifférence générale

Hier soir le Conseil communal de Bruxelles a voté une motion demandant la suspension des négociations et déclaré la capitale « Zone hors TTIP ». Tout un symbole, dont pourtant la presse belge ne parle pas.

La capitale de l’Europe qui se prononce ouvertement contre le projet de Partenariat Transatlantique de Commerce et d’Investissement c’est quand même un signal fort. Le siège des institutions européennes déclaré « Zone hors TTIP » symbolise toute l’incohérence de l’UE. A quelques jours du prochain round de négociations sur le partenariat transatlantique, qui aura lieu du 13 au 17 juillet à Bruxelles, comment l’équipe de la Commission européenne pourrait-elle poursuivre les discussions sereinement en sachant qu’elles vont se dérouler dans une ville dont l’opposition à ce projet est désormais ouvertement déclarée ?

Article à lire ici : https://whatsupeu.wordpress.com/2015/06/30/bruxelles-declaree-zone-hors-ttip-dans-lindifference-generale/

siteon0Voici les collectivités locales déclarées hors TAFTA ou qui émettent des réserves sur le contenu et les conditions d’adoption du traité.

https://www.collectifstoptafta.org/collectivites/

Comme à Vauvert, Mèze ou Bédarieux, faites se déclarer votre collectivité « Hors TAFTA et CETA » ! Téléchargez la motion type (odt, doc, pdf).

 

pour réfléchir à l’enjeu des européennes

Jeudi 15 mai, nous sommes à 10 jours des élections européennes et on ne peut pas dire que leur enjeu aura fait couler beaucoup d’encre chez les médias aux ordres. Tout juste entend-on répéter qu’il faut s’attendre à une abstention massive, mais sans trop pointer le danger qui résulterait de laisser le Parlement et la Commission européenne aux libéraux et aux fascistes de tous poils qui ne manqueront pas de se mobiliser, et sans trop rappeler qu’il s’agit d’un scrutin à 1 seul tour. Il n’y aura pas de rattrapage pour qui préfèrerait aller à la pêche ou à la plage ce 25 mai !

Mais qu’on ne s’y trompe pas, par-delà ce qui pourrait apparaître comme un simple choix d’idées ou de leurs représentants, il s’agit d’un véritable choix de civilisation. De ce vote résultera la poursuite ou pas des politiques d’austérité, l’abandon ou pas des souverainetés nationales, ou encore l’entrée ou pas du bloc européen dans le giron des États-Unis via un grand marché transatlantique très assassin des libertés, des protections sociales et environnementales.

Petite compil à plusieurs voix…

vidéo proposée par Yannick Jadot

TTIP (ou GMT ou TAFTA) : la Commission européenne ne croit pas à ses propres mensonges !


TTIP: les mensonges de la Commission européenne… par EurodeputesEE

 

Sept raisons pour refuser de négocier l’accord de libre-échange UE-USA

Susan George et Cécile Monnier (Nouvelle Donne) exposent ici pourquoi le mouvement réclame « l’abandon pur et simple des négociations autour du Tafta » : un traité « façonné par des multinationales », et qui entend « privatiser » non seulement la justice mais une part du travail législatif. 

Parce que son nom, Tafta ou TTIP, ne dit pas la vérité sur son contenu. Ce traité concerne peu le commerce, mais davantage l’investissement, et s’intéresse surtout aux règlements et normes qui gouvernent toute mise sur le marché d’un produit ou d’un processus.

Parce que ce traité a été conçu et façonné depuis de longues années par des multinationales des deux côtés de l’Atlantique, dont le souci majeur est de réduire et « d’harmoniser » vers le bas les deux systèmes. Ces entreprises pensent ainsi économiser des milliards d’euros, mais cette économie se fera au prix d’une baisse de la protection du consommateur, de sa santé, de sa protection sociale et de l’environnement. Les États-Unis ne voient aucun inconvénient aux OGM, gaz de schiste, bœuf nourri aux hormones, poulets rincés au chlore, médicaments hors de prix. En revanche, ils voient d’un très mauvais œil – tout comme les grands groupes européens – les produits pharmaceutiques génériques, l’amélioration de la protection sociale, des salaires ou encore des retraites, les services publics qui « devraient » être privatisés, ainsi que toute restriction de la liberté du marché ou de la sacro-sainte « concurrence libre et non faussée ».

Parce qu’il est secret et négocié dans un déni de démocratie total : même les parlementaires européens n’ont pas le droit de le lire ou de consulter les comptes-rendus des cycles de négociation.

Comment peut-on accepter qu’un traité qui mettrait à mal toutes nos normes et réglementations et qui soumettrait nos États et nos collectivités à la volonté des multinationales soit négocié dans le dos des citoyens ? Encore une fois, Nouvelle Donne demande l’abandon pur et simple des négociations autour du TAFTA : sans dramatisation, mais avec conviction, refusons de nous asseoir à cette table-là !   

Susan George, membre du comité de soutien de Nouvelle Donne et présidente d’honneur d’Attac
Cécile Monnier, candidate dans le sud-ouest aux élections européennes pour Nouvelle Donne

(1) Tafta: TransAtlantic Free Trade Agreement (Accord Transatlantique de Libre-Échange). TTIP: Transatlantic Trade and Investment Partnership (Partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement).

Lire l’article entier : http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/130514/sept-raisons-pour-refuser-de-negocier-laccord-de-libre-echange-ue-usa

 

 

Connaître les dangers du Traité Transatlantique

La vidéo suivante a été réalisée à Perpignan le 11 décembre 2013. Raoul Marc Jennar, docteur en science politique et altermondialiste analyse le projet « GMT » qui est en cours de négociation entre l’UE et les États Unis d’Amérique. Pour ne pas effrayer le public ces négociations se déroulent dans le plus grand secret. De nombreux députés ne sont pas tenus au courant.

Note : cette conférence dure près de deux heures. N’hésitez pas à la regarder en plusieurs fois s’il le faut mais regardez-la, surtout si vous n’avez pas eu l’occasion d’assister en live à cette conférence que Raoul Marc Jennar déroule un peu partout en France depuis deux ans. Des éléments clairs et précis, pas de langue de bois, de l’info, pas de l’infaux. L’essentiel de ce qu’on essaie de nous cacher y est dit, et ça permet de prendre connaissance des articles les plus dangereux contenus dans ce Traité.

Autre article par Cécile Monnier (accès libre) concernant la protection des données personnelles : http://blogs.mediapart.fr/blog/cecile-monnier/150514/tafta-et-la-protection-des-donnees-personnelles-ou-les-enjeux-caches-de-l-election-europeenne

S’abstenir aux européennes : une faute grave

par Raoul Marc Jennar

Il en est qui font campagne pour l’abstention lors du scrutin européen du 25 mai. Examinons leurs raisons.

Certains disent : « pourquoi voter pour un Parlement européen (P.E.) qui n’a aucun pouvoir ?» Ce n’est pas exact ; ils devraient s’informer et lire les traités actuellement en vigueur. Ils devraient lire cet excellent petit livre « Le Parlement européen, pour faire quoi ? » dont les auteurs qui ne peuvent être qualifiés d’européistes (B. Cassen, H.Michel, L. Weber). On n’argumente pas en travestissant la réalité. Reprenons leurs principales critiques :

– le P.E. n’a pas le pouvoir de proposer. C’est vrai. Mais qu’en est-il de ce pouvoir dans les parlements nationaux ? Quelle est la part réelle de l’initiative parlementaire dans le travail législatif national ? Dérisoire. Depuis le début de l’actuelle législature (depuis le 20 juin 2012), 125 des 157 lois adoptés étaient d’origine gouvernementale, soit près de 80% des textes votés.

– le P.E. n’est que co-législateur puisque tous les textes législatifs qu’il adopte doivent avoir l’agrément du Conseil des Ministres et de la Commission. C’est vrai. Mais encore une fois qu’en est-il au Parlement français ? Les textes adoptés ne doivent-ils pas, dans les faits, avoir l’accord du gouvernement ?

Par contre, ce qu’on passe trop souvent sous silence, c’est que le Parlement européen dispose du pouvoir de rejeter les textes proposés. Mais la majorité droite-pseudo gauche de ce Parlement préfère les approuver. Il est extrêmement rare qu’un texte législatif soit rejeté : au cours des trois dernières législatures (en quinze ans donc), seule la directive sur la libéralisation des services portuaires a été rejetée suite à l’intense mobilisation des dockers. Dans tous les autres cas, la majorité droite-PS a accepté les textes proposés. Lire la suite

NON à l’Europe Américaine

Vous avez aimé le Traité de Lisbonne, le TSCG, Le Mécanisme Européen de Stabilité ? Alors vous allez adorer le Traité Transatlantique que nous ont concocté dans la plus grande discrétion les décideurs de l’Union européenne et des États-Unis.

Nous ne saurions que conseiller fortement aux agriculteurs, aux créateurs, aux consommateurs, aux salariés de toute profession, à leurs syndicats et associations de s’intéresser de près à un projet extrêmement dangereux pour eux : celui de la mise en place d’un grand marché transatlantique.

Nous aurons l’occasion d’en reparler maintes fois dans les jours qui viennent, tant il ne peut guère y avoir d’info plus importante à diffuser, et tant nous sommes persuadés que les ordres seront donnés aux médias pour ne pas s’y étendre, sauf à parler uniquement de « l’exception culturelle française », manière de bien occulter le reste, à savoir la perte programmée de souveraineté de tous les pays européens en matière économique, culturelle, écologique… La grande braderie est commencée !

Pour commencer à en parler et comprendre le nouveau traité ravageur qui s’annonce, Sémaphores vous propose de consacrer 12 minutes de votre temps à écouter la vidéo suivante.


NON à l’Europe américaine ! par lepartidegauche

Vous pouvez aussi lire un des derniers textes de Martine Billard, sauf si vous attendez depuis longtemps de pouvoir déguster du bœuf aux hormones, du poulet au chlore, de ne planter que des OGM dans votre jardin ou investir dans les gaz de schiste, etc.

http://www.lepartidegauche.fr/actualites/edito/vous-avez-aime-les-ogm-vous-aimerez-le-poulet-au-chlore-23403