Siouplaît, pas de rom dans mon pastis !

Pas une semaine sans articles sur les Roms. Pour ne reprendre que les derniers, cette gamine de 8 ans morte brûlée dans l’incendie partiel d’un campement, l’arrestation du sombre individu qui balançait des acides sur les Roms qui dorment dans les rues parisiennes ou, plus près de notre Petite Camargue, voir les articles de Midi Libre sur « le camp de la honte » à la sortie de Caissargues.

Ils ne sont pourtant et toujours que 18 000 en France, les semaines et les mois passent, et aucun ministère n’est à même de mettre en œuvre ne serait-ce qu’un semblant d’humanité pour régler le problème. Faut dire qu’après les propos exclusifs de l’hidalgo Manuel Valls, on ne peut guère s’étonner de ce que les gros bœufs franchouillards se trouvent légitimés à participer aux manœuvres d’expulsions. Mais il faut dire aussi que les mêmes franchouillards n’ont pas attendu Manuel Valls pour étaler leur bêtise crasse.

Le document audio qui suit n’est pas neuf dans le sens où il a été enregistré en 2012. Mais comme strictement rien n’a changé depuis…

Des habitants du quartier Saint-Joseph, au nord de Marseille, étaient en colère parce que des Roms campaient dans une bastide abandonnée. Des Roms qui, quelle horreur, avaient l’eau et l’électricité, et même des enfants qui jouaient dehors ! Des enfants qui jouent… l’horreur qu’on vous dit !

Voici 7 minutes de racisme ordinaire chez des gens « ordinaires », un racisme décomplexé qui nous ferait bien rire s’il n’était pas aussi terrifiant. Et non, ce n’est pas du Pagnol, lui n’aurait jamais osé. (note : la musique est de Massilia Sound System / Ma ville est malade)

« Je rentre pas, y’a la tuberculose ! »

le fil d’actu sémaphorien_janvier2014_n°3

¤=¤=¤=¤=¤

Affaire Snowden_le suivi, par un hacker qui nous tient à cœur…

Avec le scandale de la NSA, une distinction claire est en train d’apparaître aux yeux de tous entre la technologie qui contrôle et la technologie qui libère », affirme le hacker Jérémie Zimmerman. C’est sa manière de rester optimiste malgré les révélations chaque jour plus effarantes sur la surveillance qui s’est mise en place sur le Net.

À l’attention de ceux qui ne le connaissent pas : Zimmermann se bat depuis des années sur un terrain que très peu d’entre nous pratiquent : celui des droits de l’Homme dans la société numérique. A son palmarès : il a réussi, pratiquement seul, à faire rejeter par le Parlement européen l’accord ACTA, un traité liberticide négocié en secret par 39 pays et de très puissants lobbies.

D’autres renseignements et une autre vidéo ici : http://www.ventscontraires.net/article.cfm/12507_jeremie_zimmermann_:_

¤=¤=¤=¤=¤

Travailleurs, travailleuses, ça va vous faire plaisir…

L’ONG Oxfam vient de livrer un rapport de 34 pages sur les inégalités économiques et la confiscation du pouvoir politique au profit de minorités nationales privilégiées

On y lit entre autres données que la richesse combinée des 85 personnes les plus riches du monde est égale à celle de la moitié la moins riche de l’humanité.

Ou qu’aux États-Unis, par exemple, les 1 % les plus riches ont confisqué 95 % de la croissance financière depuis 2009, tandis que les 90 % les moins riches se sont appauvris.

« Sans une véritable action pour réduire ces inégalités, les privilèges et les désavantages se transmettront de génération en génération, comme sous l’Ancien régime. Nous vivrons alors dans un monde où l’égalité des chances ne sera plus qu’un mirage » conclut l’organisation.

ndlr : si le rapport ci-après s’ouvrait mal dans nos pages, suivez ce lien : http://www.scribd.com/doc/200885137/bp-working-for-few-political-capture-economic-inequality-200114-fr-pdf

bp-working-for-few-political-capture-economic-inequality-200114-fr.pdf

 

¤=¤=¤=¤=¤

Apparemment personne n’a relevé cette petite information, sans doute couverte par le feu de l’affaire Dieudonné. C’est pourtant le journal officiel qui a annoncé la création d’une « association Manuel Valls »destinée à soutenir sa politique.

Nous n’en savons pas plus pour l’instant mais on ne peut empêcher certains d’y voir un de ces micro-partis propres à recevoir des subventions. Un pied à l’étrier en vue des présidentielles 2017 ?

¤=¤=¤=¤=¤

Espérons pour le moins qu’ils soient bien formés…

Selon un rapport de la Cour des comptes sur l’école des commissaires de police, une année de formation y coûte 260.000 euros par élève, soit trois fois plus qu’un élève de l’ENA.

Le Canard Enchaîné en a parlé mercredi dernier. Et pour ceux qui ont le goût des chiffres, le rapport est accessible à partir d’ici : Ecole nationale supérieure de la police (ENSP) – Exercices 2006 à 2011.

¤=¤=¤=¤=¤

TVA sur la presse en ligne : une victoire pour toute la presse.

Le gouvernement a annoncé le prochain alignement du taux de TVA à 2,1 % pour toute la presse en ligne (ce qu’elle était déjà pour la presse papier) au lieu des 20 % envisagés. La mobilisation n’a donc pas été vaine.

En savoir plus : http://www.spiil.org/20140117/tva-presse-ligne-une-victoire-toute-presse

Ce qui n’arrête pas la mobilisation contre l’augmentation globale de la TVA et l’on peut toujours signer la pétition ici : http://www.stop-tva.fr/

¤=¤=¤=¤=¤

Ça peut vous intéresser…

Réouverture de l’enquête sur les attentats du 11 septembre ?

C’est une dépêche Reuters vieille d’un mois, passée quasiment inaperçue sauf chez les « complotistes », bien sûr. Pour faire court, un juge vient de donner raison aux familles de victimes qui voulaient cette réouverture d’enquête. Pourquoi ? Parce que de nouveaux éléments visent clairement l’Arabie saoudite ainsi que le rôle trouble du FBI. Selon Agoravox, on n’est plus dans le complot fumeux ou les élucubrations délirantes mais face à des éléments factuels. Le sénateur démocrate Bob Graham (ancien gouverneur de Floride) avait déjà soulevé le problème l’an passé. En vain. Comme d’habitude, la vérité prend du temps…

L’article du Huffington Post : http://www.huffingtonpost.fr/bob-graham/enquete-attentats-11-septembre_b_1872744.html

L’annonce par Jonathan Stempel pour l’agence Reuters, le 19 décembre 2013

La tribune libre sur Agoravox : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/reouverture-de-l-enquete-sur-les-146570

¤=¤=¤=¤=¤

On n’a pas du tout aimé…

L’état de l’Ohio a exécuté un condamné à mort avec un mélange de deux produits jamais utilisés à ce jour aux USA : il a agonisé pendant 24 minutes.

Un mélange de somnifère et d’antidouleur (midazolam et hydromorpone) injecté par intraveineuse a été utilisé pour la première fois aux USA pour exécuter un condamné à mort. L’expérience a mal tourné puisque le prisonnier a agonisé pendant 24 minutes, dans la Southern Ohio Correctional Facility prison, située aux portes de Lucasville (Ohio).

Ces médicaments ont été utilisés car le produit habituel, le pentobarbital, d’abord destiné à anesthésier les animaux, n’est plus fabriqué aux USA depuis 2011. Et le fabricant refuse son emploi pour les exécutions.

Il y a encore cinq exécutions prévues cette année dans l’Ohio. Lire la suite

le fil d’actu sémaphorien_janvier2014_n°2

*=*=*=*=*

Espagne

On n’en parle pas assez.

Il n’y a pas que sur le droit à l’avortement que le gouvernement espagnol opère un recul. Le droit de manifester sera également limité en Espagne d’après le dispositif de la nouvelle loi de Sécurité Citoyenne, (projet adopté le 29 novembre 2013), qui prévoit trois niveaux d’infractions :

Très graves (amendes allant de 30.001 à 600.000 euros),

Graves (entre 1.001 et 30.000 euros)

et légères (entre cent et mille euros).

Écrit sur la banderole : »La prison contre les manifestations citoyennes ? Nous sommes là Mariano »

Face aux critiques, le gouvernement conservateur a légèrement reculé. Exemple : tout rassemblement non autorisé, même non violent, mais perturbant la sécurité publique, à proximité du Parlement, du Sénat, d’un parlement régional ou d’un tribunal n’est plus considéré comme un délit très grave puni d’une amende allant jusqu’à 600 000 euros, mais seulement comme un délit grave risquant une amende entre 1 000 et 30 000 euros.

*=*=*=*=*

Le commentaire du jour : « À un moment donné, quelqu’un, quelque part, se décidera à dire à François Hollande que pour rester président, il faut d’abord le devenir. »

*=*=*=*=*

Le conseil du jour

*=*=*=*=*

La vidéo du jour

Une question.

Que se passerait-il si vous aviez le temps de discuter avec le conducteur devant vous avant un accident fatal ? Les concepteurs de cette pub néo-zélandaise contre la vitesse au volant ont réfléchi à la question et livrent une vidéo à la fois frappante et touchante. Une campagne de sensibilisation qui rappelle qu’il vaut mieux ralentir, puisque tout le monde peut faire des erreurs au volant…

*=*=*=*=*

Censure ? Pas sûr mais ça y ressemble

« Reportages » est le magazine d’information le plus ancien de TF1, diffusé depuis 1987 tous les samedis après le 13h. La semaine dernière on y apprenait que le thème de la prochaine émission serait sur… les différentes combines pour obtenir un permis de construire sur la Côte d’Azur. Mais non, vous ne verrez pas ce sujet à la date prévue puisqu’il a finalement été déprogrammé.

Pour comprendre ce qui a pu bloquer, il faut revenir à la fameuse « affaire du Château Robert », révélée en son temps par Le Canard enchaîné et Mediapart.

Rappel. Le prince Mohamed ben Fahd Al-Saoud, fils du défunt roi Fahd d’Arabie saoudite et neveu de l’actuel souverain Abdallah, a obtenu le déclassement d’une zone protégée en plein cœur de Vallauris (Alpes-Maritimes) pour y construire un immense palais. Propriétaire d’un domaine de 13 hectares non constructibles, comprenant un château en ruines, le prince saoudien a fini par céder le château et une partie du terrain à la mairie pour 300 000 euros, une somme jugée dérisoire. Entre-temps, il a réussi à obtenir un permis de construire pour deux villas en bord de mer, sur une zone considérée jusqu’à présent comme non constructible. Deux villas officiellement destinées à la famille du prince, mais qui ont été mises en vente depuis, pour la modique somme de 64 millions d’euros.


valloris-reportages-TF1 par asi

Certains se souviendront que l’association Anticor a déposé plainte contre X en mai 2012 pour « déclassement illégal d’espaces boisés classés à protéger ou à créer, trafic d’influence, détournement de fonds publics, corruption, recel, et toutes qualifications susceptibles de se rattacher au détournement de pouvoir ». Visé parmi d’autres par l’association : le maire UMP Alain Gumiel, qui assure avoir respecté toutes les règles.

Rien n’empêche le petit doigt d’en démanger certains, qui pensent que le reportage ne sera reprogrammé qu’au lendemain des municipales. Ah, cette chère, si chère Côte d’Azur… à propos, il ne serait pas étonnant qu’on vous parle prochainement d’une certaine Tabarot. Promis, on le fera avant les municipales.

*=*=*=*=*

Une maîtresse hollandaise ? On s’en fout !  La nouvelle devrait plutôt nous réjouir, elle prouve que la médecine a fait des progrès. Les problèmes de prostate n’endommagent pas les coucougnettes.

Et dire que nous l’imaginions seulement en pédalo…

*=*=*=*=*

Affaires Dassault_le suivi

Lu sur Politis_le 10 janvier :

Suite au recoupement réalisé par le tumblr « Qui a sauvé Dassault ? », et sous réserve que les sénateurs interrogés n’ont pas menti, les coupables seraient… (roulement de tambour)… Alain Anziani, sénateur (PS) de la Gironde, et Jacques Gillot, sénateur (divers gauche), membre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, et président du conseil général de la Guadeloupe. À gauche, ce sont les deux seuls élus qui ont refusé de faire connaître leur vote.

S’il n’est pas question de jeter l’opprobre sans preuve, le « cas Alain Anziani » intrigue. Un petit tour sur sa page Wikipedia ne peut ainsi que mettre la puce à l’oreille. Le questeur du Sénat, « rapporteur du projet de loi relatif à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance financière », est aussi candidat à Mérignac (Gironde) pour les prochaines municipales. Or, toujours selon Wikipedia, il est en charge, pour sa ville et la communauté urbaine de Bordeaux, « de Bordeaux Aéroparc, parc industriel et scientifique dédié à l’aéronautique ». Un article du quotidien Sud Ouest ayant pour sujet la présentation de sa liste dans la brasserie « Lulu dans la prairie » à Mérignac nous informe en outre que le lieu a été choisi à dessein : « On est ici en plein cœur d’une zone en développement. Thales a choisi de s’y implanter, avec 2 000 emplois à la clé. Et Dassault pourrait de son côté construire un nouveau hangar. » Voilà qui ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd…

À Sémaphores, on relève surtout que cette traque au « traître » de gauche (alors qu’au Sénat il n’y a plus qu’une droite et une drauche…) occulte presque que la droite UMP à l’unanimité trouve normal qu’un personnage impliqué dans une tentative d’assassinat n’ait pas à s’expliquer devant la justice. Faut-il qu’elle soit vraiment décomplexée…

*=*=*=*=*

Pour ceux qui veulent suivre l’affaire Dieudonné…

La circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets_ 6 janvier 2014 est ici : circulaire-valls-dieudonne

L’ordonnance du 9 janvier du Tribunal Administratif est ici : conseil_dEtat

Arrêt du conseil d’État qui interdit le spectacle_ 9 janvier 2014 est ici : Dieudonne

et un petit conseil d’Anonymous

*=*=*=*=*

Vous ne le saviez peut-être pas…

Depuis le 1er janvier, l’Assemblée nationale publie sur son site web la liste des «représentants d’intérêt» qui entrent en contact avec les député(e)s pour influencer leurs votes.

http://www2.assemblee-nationale.fr/representant/representant_interet_liste

*=*=*=*=*

Si même le Figaro le dit…

Les vœux de François Hollande le 31 décembre auraient provoqué une remontée du Président dans l’estime que lui porte la classe politique. Dans le détail ça donne :

MoDem (+5)

UMP (+3)

Front de gauche (- 4)

PS (- 5) !

Tout est dit.

*=*=*=*=*

Vous n’êtes pas obligés…

Les concerts en flop majeur de Carla Bruni !

La chanteuse avait prévu une tournée nord-américaine, notamment au Québec. Mais voilà que ses rendez-vous ont été annulés… faute de spectateurs ! La faute à la faible teneur de ses albums ? À Sémaphores on avait pourtant bien aimé le titre ci-après mais voilà… elle ne l’a jamais enregistré sur aucun album.

Indigestion de quenelles

Billet de sale humeur, par Mario

Un dernier élément vient nourrir le dossier accablant de l’humoriste qui fait toutes les Unes : il serait suspecté de « blanchiment, organisation d’insolvabilité et fraude fiscale » après avoir envoyé plus de 400 000 euros au Cameroun depuis 2009.

Enfin on aurait trouvé l’argument qui va permettre de clouer définitivement au pilori le chien enragé. Mais il est clair que les médias chiens de garde manquent singulièrement d’informations. Selon nos sources, Dieudonné était impliqué dans les attentats du 11 septembre, il n’était pas innocent lors du tsunami qui a foutu la zone à Fukushima, porte une grande responsabilité dans le réchauffement climatique, et d’après de nouvelles analyses ADN, il serait le corbeau dans l’affaire du petit Grégory, mais ne serait pas le père de l’enfant de Rachida Dati.

Mais trêve de plaisanterie car ce n’en est pas une, et rien ne nous fait plus rire, ni du côté de Dieudonné, ni du côté du sinistre ministre de l’Intérieur.

Que l’humoriste ait gravement franchi la ligne jaune est une évidence et pas même une nouveauté, qu’en soient témoins les alertes et les plaintes qui s’accumulent depuis 2004. Encore faut-il considérer à une juste mesure d’où, quand, comment et pourquoi sont nées certaines de ces plaintes si l’on veut comprendre ce qui a conduit à la dangereuse et inadmissible radicalisation de Dieudonné. Car le désigner à la vindicte comme seul meneur reviendrait à évacuer d’un revers de main la question de savoir pourquoi ses vidéos approchent ou dépassent le million de vues sur Internet, pourquoi les salles où il se produit font le plein quelle qu’en soit la taille (un sondage a estimé qu’il remplirait Bercy si on l’autorisait !).

Se poser la question de savoir qui compose ce public conduit à cette autre évidence que le malaise est plus profond que ne le laissent entendre ceux qui voudraient le limiter aux dérapages d’un artiste. Que croit-on ? Que ce public, pour grande part composé de jeunes qui sont NOS enfants, serait un ramassis de racistes, d’antisémites, de révisionnistes et autres fascistes en devenir ? Si tel n’est pas le cas, que viennent-ils écouter et qu’entendons-nous de leur révolte ?

Qu’il soit déjà dit que Sémaphores n’ouvrira pas un énième « dossier Dieudonné », la presse en abonde et même en nauséabonde. Celui-ci sera le seul et unique dans nos pages. Pour nous, le fait que depuis plusieurs semaines on ne parle que de Dieudonné et de Valls, ça s’appelle LA CENSURE ! Nous allons y revenir. Lire la suite

Laisse aller, ce n’est qu’un Valls

ajout jeudi 5 décembre

Erreur Canal+ : Mélenchon interpelle le CSA

Une « erreur d’indexation des images au service documentation » pour les uns, « un manquement grave à la déontologie » pour les autres. La polémique continue à la suite de la diffusion de fausses images de la manifestation du Front de gauche par Itélé et Canal+. Au Grand journal, ces images avaient été présentées à Jean-Luc Mélenchon comme la preuve que les rangs des manifestants de la manifestation contre les hausses de TVA étaient très clairsemés. Raté : il s’agissait des images de la manifestation de la veille, contre le racisme.

le bidonnage d’Itélé et de Canal+__ ces images ne sont pas celles de la marche du 1er décembre.

mercredi 4 décembre

Qu’une poignée de fachos folkloriques huent le Président de la République dans sa fonction sacrée de devoir de mémoire, et voilà des pages et des reportages pendant des jours. Mais que des dizaines de milliers de citoyens manifestent pour faire entendre leur voix sur une politique fiscale qui soit redistributrice et porteuse de prospérité ailleurs que dans les paradis fiscaux… c’est aussitôt une vaste entreprise de minimisation. Et les médias aux ordres de continuer à voir un extrémiste de droite jusqu’à 8 000 fois plus gros qu’un citoyen de gauche. Bataille de chiffres dont on pourrait se dire qu’elle est habituelle, si ce n’est qu’il ne s’agit plus de stigmatiser quelques milliers de Roms mais des dizaines de milliers de citoyens dont le grand tort serait d’être de gauche sans être solfériniens.

Après avoir annoncé qu’elle ne procèderait plus au comptage des manifestants, la Préfecture a néanmoins dû se fendre d’un chiffre sous l’injonction de Manuel Valls : il n’y avait pas plus de 7 000 personnes à la manif du premier décembre qui regroupait les huit courants du Front de gauche, auxquels s’étaient joints le NPA et Lutte Ouvrière, et plus d’une dizaine de syndicats et associations militantes. Vaine discussion, les photos ci-contre parlent seules et voilà bien ce qui fait peur à l’hidalgo qui nous sert de sinistre de l’Intérieur et ses amis de l’Élysée, de Matignon ou de Bercy. On ne peut pas passer sous silence un regroupement cinq fois plus important que celui de bonnets rouges manipulés par des patrons voyous. Lire la suite

L’ignoble politique de Valls

mise à jour jeudi 17 octobre_17 h

L’impunité de Manuel Valls au gouvernement vient de prendre fin. Mercredi, le premier ministre Jean-Marc Ayrault l’a clairement démenti en annonçant qu’en cas de « faute », l’arrêté de reconduite à la frontière de la famille de Léonarda sera « annulé ». Un signe de la fracture provoquée par la politique de Manuel Valls au sein du gouvernement.

mise à jour mercredi 16 octobre_18 h

Mercredi 9 octobre dans le Doubs, Léonarda Dibrani, une élève de 15 ans a été interpelée dans le cadre d’une sortie scolaire avant d’être expulsée du territoire. Elle était Rom.

Ainsi ne suffit-il pas à Manuel Valls de décréter que les Roms ne veulent pas s’intégrer. S’il en trouve qui le sont, alors il les pourchasse jusque dans les écoles. Pour les désintégrer ?

Cette politique inhumaine est une honte pour la France et salit la République. Elle renvoie à des pratiques qui rappellent les heures les plus tragiques de notre histoire. Décidément, la lepénisation des esprits a pris ses quartiers place Beauvau. Car ne nous y trompons pas,derrière les expulsions, il s’agit bien de chasse aux pauvres et de contamination brune.

Il aura fallu 24 heures pour qu’on puisse lire dans Libé les premières réactions outragées de responsables socialistes. «C’est en contradiction totale avec les instructions données», s’élève Sandrine Mazetier, chargée des questions d’immigration au PS. «J’ai dit qu’il fallait se rapprocher très vite du ministre de l’Intérieur, de voir ce qui pourrait être fait pour rattraper cet excès de zèle, explique Laurence Rossignol, porte-parole du PS. Au BN, tout le monde était d’accord pour dire qu’il y a eu une bavure.»

Ah bon ? Il n’y a qu’une bavure qui fasse réfléchir les guignols solfériniens ? Le reste des démantèlements de campements est devenu une routine assumée, une possible politique dite de gauche…

D’Anne Hidalgo, pour qui « Paris ne doit pas devenir un campement géant de Roms », jusqu’à NKM qui déclare que les Roms font du harcèlement de Parisiens », c’est la même musique, une escalade de petites phrases qui voudrait installer progressivement l’idée qu’il y a un problème Roms en France. Mais il suffit d’échanger le terme « Roms » par celui de « juifs » ou d’ »arabes » et peut-être mesurerons-nous mieux la gravité de la vague brune qui menace l’idéal républicain.

À Sémaphores, nous préférons penser comme Éric Coquerel qu’« Il y a plus de délinquants dans les 500 plus grandes fortunes que dans n’importe quel camp de Roms »

photo extraite du film La rafle

Daniel Schneidermann a titré sa chronique matinale de ce 16 octobre :  Leonarda, la politique du chiffre a un prénom

 « Deux récits. Un récit du terrain, diffusé par Internet, hors des médias établis (lesquels ont pris l’affaire en marche avec quelques cahots, le journal matinal de France Inter s’étant par exemple ouvert sur un « Et revoilà le dossier des Roms »). Et la version officielle de l’administration, lénifiante comme toutes les versions officielles. Diffusé le premier, contraignant le second à la défensive, le récit de RESF a gagné la bataille du storytelling, forçant les socialistes à la position impossible de se dresser contre l’exécution de décisions de justice, et de feindre de se réveiller contre les conséquences d’une politique du chiffre en matière d’expulsions, la même que sous Sarkozy, qu’ils endossent sans broncher depuis un an.

Cette politique a maintenant un prénom. Valls a désormais sur les bras l’expulsion de Leonarda, comme Hortefeux avait été éclaboussé du sang du petit Ivan, défenestré en 2007 pour échapper à la police. C’est moins grave ? Léonarda est toujours vivante ? Valls va peut-être devoir annuler l’expulsion ? Peut-être. Mais ce pouvoir, comme le précédent, n’est pas à l’abri d’une nouvelle affaire Ivan. On frémit en tout cas à l’idée que la version Valls aurait pu être la seule (ou même la première) disponible. »

Lire le récit très détaillé du Réseau Éducation Sans Frontières : http://www.educationsansfrontieres.org/article47712.html

Sur Médiapart, le récit d’une enseignante parmi d’autres…

Les Roms, invisibles de l’école

Dans chacune de mes classes, depuis 5 ou 6 ans, il y a 3 ou 4 élèves silencieux, assis tout au fond, sages et perdus. Quel que soit le niveau, de la 6è à la 3è, ils me regardent et m’écoutent sagement. Fidèles, ils sont là, chaque année mais toujours aussi perdus. Ils peuvent aussi disparaître du jour au lendemain… Parfois, l’un d’entre eux dit quelques mots, semble comprendre de petites choses. Mais le plus souvent, ils savent à peine dire bonjour, se font tout petits et ne demandent jamais rien. Des cibles idéales, en somme.

Ils sont parfois en France depuis longtemps, mais ne sont scolarisés que depuis peu : c’est la condition pour que leurs parents aient un logement. Éparpillés dans toutes les classes, ils se retrouvent à la récré, à la cantine, et, surtout, dehors. Là, si on habite dans le quartier, on aperçoit les filles qui portent de gros bidons et marchent jusqu’à un campement. Pendant que d’autres traînent dans la cité, jouent à la console ou au ballon, elles marchent, portent l’eau si précieuse sur des kilomètres. Elles ont 8, 10, 14 ans. Et quand elles m’aperçoivent, elles me saluent en riant, un peu étonnées.  Lire la suite

Enfants Roms: l’autre tweet de Valérie

Philippe Alain, cette lettre à l’attention de Valérie Trierweiler a été publiée le sur son blog Mediapart. C’était l’été, l’hidalgo qui nous sert de sinistre de l’Intérieur n’en faisait déjà qu’à sa tête, pas de quoi s’étonner que cette lettre ressurgisse ces jours-ci au vu de « l’avancement » de la situation.

@Valtrier

Je m’appelle Marcel et j’ai 7 ans. Je fais partie des 900 Roms de Lyon que monsieur Valls a décidé de jeter à la rue en application de décisions de justice dont je ne conteste nullement la légalité mais dont je voudrais porter à votre connaissance l’inhumanité.

Je pensais tout d’abord vous envoyer moi aussi un tweet, mais devant tout ce que le gouvernement et la police nous font subir en ce moment, je n’ai pas pu me limiter à 140 caractères et je vous prie de m’en excuser. J’ai donc décidé de vous écrire une lettre. Si tout cela continue, c’est un livre que je vous enverrai.

Il y a quelques mois, j’ai lu un de vos tweets, ou plutôt deux. Je ne veux pas vous parler de celui qui a fait les premières pages alors qu’il aurait dû être oublié mais plutôt de celui qui a été oublié alors qu’il aurait dû faire les premières pages.

Vous avez écrit : « Rapport de l’Unicef : 10% d’enfants pauvres en France. Une information qui mériterait l’indignation et la Une. Pas la banalisation. »

Tout d’abord, je voulais vous remercier pour l’attention que vous portez aux plus démunis et particulièrement aux enfants pauvres. Je voulais aussi vous signaler que selon ce même rapport de l’Unicef, le taux de pauvreté qui frappe les enfants en Roumanie n’est pas de 10%, mais de … 76%. (1) Vous comprenez sans doute pourquoi mes parents ont décidé un jour de tout quitter pour venir s’installer en France. Qu’auriez-vous fait à leur place ? Vous seriez restée en Roumanie ou vous auriez décidé de partir dans l’espoir de donner une vie meilleure à vos enfants ?

Une vie meilleure… Quelle utopie… Depuis quelques jours, c’est un véritable enfer que je vis avec ma famille.

Mardi matin, j’ai été expulsé « d’un campement insalubre » en application d’une décision de justice. Je ne sais pas pourquoi cette expulsion a eu lieu au mois d’août. Le jugement et le commandement de quitter les lieux ont été notifiés au mois de mai. De mauvaises langues disent que monsieur Valls a attendu le milieu de l’été pour expulser tout le monde en même temps dans l’espoir que cela passerait inaperçu. Lire la suite

Le cannabis met toujours en pétard

Tiens ? Plus personne ne parle du cannabis. On voit que c’est l’été, les claviers ne supportent pas bien le sable et l’eau… mais c’était sans compter notre infatigable ministre de l’Intérieur, de plus en plus à l’extérieur pour arpenter tous les terrains. Et, à Marseille, il a bien fallu parler un peu du cannabis et du débat sur sa dépénalisation ou pas.

Ce sera PAS. Pas la peine de débattre, selon le ministre, car le débat est « souvent caricatural » et troublerait le message sur ses risques sanitaires encourus. « Oui, le cannabis est destructeur et oui une société a besoin d’interdits et de repères », a-t-il tranché.

Quant à l’efficacité de la politique pénale envers le cannabis, une des plus dures en Europe, les chiffres de l’Observatoire européen des drogues et de la toxicomanie parlent d’eux-mêmes :

« Entre 2007 et 2011, les usages déclarés de cannabis au cours du mois des jeunes Français (chez les filles comme chez les garçons) ont fortement augmenté passant respectivement de 15 % à 24 % ».

La France a donc aujourd’hui « le triste privilège de figurer dans le peloton de tête des pays de l’Union européenne pour ce qui concerne la consommation de cannabis », comme le constate lui-même le ministre. Il ajoute que le pourcentage de mineurs parmi les mis en cause dans des affaires de trafic de stupéfiants est passé de moins de 10 % en 2008 à 14,5 % fin 2012.

À Marseille, selon le ministre, les mineurs représentent même « plus du tiers des trafiquants interpellés ».

Alors on attend quoi lorsqu’on reconnaît soi-même ces chiffres, dont on peut aussi penser par ailleurs qu’ils sont a minima ? Un usage qui augmente de 9 % en moins de quatre ans… Un record d’Europe pas très questionné… Et toujours en quatre ans, un nombre de mineurs impliqués dans les trafics qui augmente de 4,5 % !

Alors, oui, on se pose la question : on attend quoi ? Que ça monte encore ? Ou ouvrir le débat ?

Dire que le cannabis est destructeur sans expliquer de quoi il l’est ou pourrait l’être, c’est de l’enfumage. Et si c’est pour sous-entendre un problème de santé publique, ce vieux débat est clos et dépassé, ne serait-ce qu’en regard du tas d’autres produits mis à la disposition de la jeunesse par la société marchande. C’est plutôt par-là qu’il s’agirait de mettre à jour le logiciel.

Car pour le reste, n’en inquiète monsieur le ministre, ça fait plus de 6 000 ans que certaines personnes, toutes civilisations confondues, n’aiment pas le cannabis comme d’autres n’aiment pas les framboises ou le maquereau. Et curieusement, ça fait aussi 6 000 ans que d’autres en consomment parce qu’ils aiment ça. L’impact sur la santé ? Si c’est aux blouses blanches de le définir, qu’elles veuillent bien accélérer la remise d’un rapport détaillé et circonstancié qui tienne la route. Allez, 6 000 ans de plus pour l’écrire, ça vous va ou c’est trop court comme délai ?

À suivre

L’occasion de relire ou découvrir notre dossier cannabis : http://semaphores.info/2012/10/cannabis-oui-on-doit-ouvrir-le-debat/

http://semaphores.info/2012/11/dossier-cannabis_-complement-dactu/

Et vous dire qu’on a beaucoup aimé que, cette année 2013, le lendemain du 31 mai qui était la journée mondiale anti-tabac soit tombé un premier joint ! Sacré agenda !

Asile politique à la française…

De par ses relations privilégiées avec cette « grande démocratie » que seraient les États-Unis d’Amérique, la France ne peut se permettre d’accorder l’asile politique à Edward Snowden, quitte à malmener la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Convention de Genève. Bien des réactions se font déjà entendre à travers diverses rédactions, Ligue des droits de l’Homme, Amnesty International…

Peut-on pour autant voir dans l’attitude de l’actuel ministère de l’Intérieur une ligne de « fermeté » à laquelle on ne saurait déroger ? Fermeté ou fermeture ? Ligne de conduite ou alignement ? Oui, nous aimerions penser que le gouvernement Hollande se distingue du gouvernement Sarkozy. Mais à quel prix de renoncement à ce qui avait fait de la France le pays des Lumières, le guide de toutes les démocraties dans le monde, pays du respect des libertés, des droits et des devoirs du citoyen, et promoteur d’une humanité universelle ?

S’abriter derrière l’impossibilité de s’opposer à une demande d’extradition ne saurait suffire, et ce d’autant qu’elle émane d’un pays aux grandes oreilles qui n’a pas grand chose à faire valoir en termes de respect des droits de l’homme et dont l’exemple civilisationnel est hautement responsable de la mise à sac de la planète.

Non, nous n’aimerions pas que les deux exemples ci-après se reproduisent. Mais nous les rappelons en guise d’avertissement pour ce qui pourrait être interprété comme un signe de faiblesse, un aveu d’impuissance qui nous éviterait de commencer à réfléchir à une nécessaire révision de nos relations avec les États-Unis face aux dérives à répétition d’une démocratie « à l’américaine ».

On ne peut pas protéger un lanceur d’alerte, mais on a pu faire ça, et indépendamment d’un pouvoir de droite ou de gauche :

 

Bachir Saleh, ancien directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi, soupçonné d’avoir financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, a bénéficié dès 2008 d’un passe-droit de l’Élysée. Son épouse a obtenu la nationalité française en un temps record – moins de 3 mois -, après intervention directe de l’Élysée. (Carine Fouteau et Michaël Hajdenberg. Mediapart_15 mai 2012)

 

« Président à vie » d’Haïti à 19 ans, Jean-Claude Duvalier (Bébé Doc) avait fait massacrer 60 000 personnes, dont des écoliers, avant de s’enfuir en 1986 avec le trésor de la nation, une fortune estimée à 600/800 millions de dollars.

Le gouvernement français l’accueillit gentiment. Cependant, l’opinion protesta et le Premier ministre de l’époque, Laurent Fabius, expert dans l’art de déterminer quels chefs d’États méritent « d’être sur cette terre », jura qu’il y resterait 8 jours. Il y a passé 25 ans, allant de palaces en boutiques de luxe, de grands restaurants en concessionnaires Mercedes, achetant château et résidences.