Les lecteurs informent…

*=*=*=*=*=*=*=*

A Béziers, où Robert Ménard a été élu aux dernières élections municipales avec le soutien du FN, la résistance s’organise… sur Internet. « En vie à Béziers« , sous-titré « Le journal majoritaire », entend donner la parole aux Biterrois et Biterroises qui n’ont pas voté Ménard. Et reste vigilant quand Béziers passe au JT de France 2.

*=*=*=*=*=*=*=*

Sémaphores salue l’arrivée de Gard Gamelles, un supplément d’infos en général peu traitées par les chiens de garde de la presse aux ordres, même si Objectif Gard et Midi Libre se sont fendus d’un article pour signaler l’arrivée de ce nouveau site gardois.

Objectif Gard : Comment ce site est-il né ?

Auteur de Gard-Gamelles : Il est né au début du mois de décembre 2014, c’est le fruit de la nativité. Gard-Gamelles.com est là pour œuvrer à la rédemption du personnel politique Gardois. “Oblivisci prodere est” (Oublier c’est trahir), nous n’oublions jamais cette maxime de Cicéron. Nous nous plaisons aussi à faire notre ce refrain d’une chanson d’un grand poète du XXème siècle : ”Tirelipimpon sur le Chihuahua. Tirelipimpon avec la tête avec les bras. Tirelipimpon un coup en l’air un coup en bas.”

OG : Etes-vous Gardois ?

Oui, nous habitons dans le Gard et comme Gargamel nous vivons dans un manoir en pierre au toit de chaume avec une tour, juste de l’autre côté de la forêt des Schtroumpfs. En comptant toute l’équipe de Gard-Gamelles.com, y compris notre chat Azraël, nous avons 56 ans, soit l’âge des Schtroumpfs… Comme Gargamel nous sommes des alchimistes, et nous voulons contribuer à transformer le plomb sécrété par les politiques en or pour nos concitoyens.

OG : Y a-t-il d’autres portraits en préparation ?

Nos lecteurs pourront découvrir chaque semaine une ou deux Gamelles d’Or. D’autres rubriques sont aussi en préparation, la prochaine – et c’est une exclu pour Objectif Gard – s’intitulera “Les doigts dans le pot…”. 2015 sera aussi le développement de l’interactivité avec nos nombreux lecteurs, chacun pourra nous suggérer de mettre les projecteurs sur un gamelleur de son village, de sa ville… Internet permet aujourd’hui cette vigilance citoyenne, devenue indispensable.

OG : Vous semblez taper un peu plus sur les personnalités marquées à gauche…

On lit de gauche à droite : c’est pour cela que nous avons commencé plutôt par la gauche. Mais sachez que notre site est sans parti pris et sans concession, il y en aura donc pour toutes les gamelleuses et les gamelleurs, d’où qu’ils viennent !

Midi Libre a également parlé de Gard-Gamelles.com dans son édition nîmoise du 28/12/14

Pour découvrir Gard Gamelles c’est ici : http://gard-gamelles.com/

*=*=*=*=*=*=*=*

Ancien Hôpital Boucanet – Grau Du Roi

L’ancien hôpital abandonné du Boucanet au Grau du Roi est voué à être détruit et certaines constructions ont déjà goûté aux bulldozers et pelles mécaniques.
Mais il reste source d’expression pour les graffeurs, artistes des rues et créateurs d’art éphémère.

Pour ceux que ça intéresse, suivez le lien

http://www.ansermoz-photography.com/fr/quoi/ancien-hopital-boucanet-grau-du-roi/

*=*=*=*=*=*=*=*

Dès le 5 janvier 2015, sur tout le Languedoc-Roussillon, il sera désormais possible de voyager à bord des TER pour seulement 1€. En effet, à cette date, l’ensemble des lignes régionales traversant l’Aude, le Gard, l’Hérault, la Lozère et les Pyrénées-Orientales proposeront un quota de places au tarif symbolique de 1€, une première en France. Ainsi un trajet entre Nîmes et Perpignan ne vous coûtera que 1€ au lieu de 32,30€ actuellement.

Depuis 2011, cinq lignes, une par département, ont déjà adopté ce tarif et ont enregistré une augmentation significative de la fréquentation : 200 000 voyages / an avant l’application du nouveau tarif, 695 000 après. Un succès qui pousse la région à généraliser l’offre aux 1500 kilomètres de voies traversant le Languedoc-Roussillon.

La généralisation du train à 1€ interviendra donc le 5 janvier 2015. Tous les habitants du Languedoc-Roussillon pourront ainsi bénéficier du train à 1€ et circuler sur l’ensemble des lignes du réseau régional selon les modalités suivantes :
– Les billets à 1 € seront valables pour un train désigné,
– La vente de ces billets à 1 € se fera uniquement via Internet et les voyageurs pourront les imprimer sur support papier ou les enregistrer grâce à leur smartphone.
– Les trains disposeront de places à 1 € en nombre variable selon leur fréquentation.

A noter le coût estimé de la mesure pour la collectivité : 3,5 millions d’€ qui s’ajoutent aux 106 millions versés chaque année à la SNCF pour l’exploitation de son réseau.

Source : http://www.voussaveztout.com/actu_le-train-a-1-partout-en-languedoc-roussillon-ca-approche-c-est-le-5-janvier-2015.html

*=*=*=*=*=*=*=*

*=*=*=*=*=*=*=*

*=*=*=*=*=*=*=*

Quand la CGT veille sur les bulles

CGT :  20 ans après… Toujours là !

 Depuis la prise de contrôle de Perrier par la Multinationale Nestlé, en 1992, l’usine et les salariés ont vécu au rythme de multiples restructurations et de luttes sous toutes ses formes jusqu’en 2011.

Toutes ces années ont vu disparaitre près de 2000 emplois, chuter une production d’1 milliard 200 millions de bouteilles à 600 millions et la destruction de 11 lignes d’embouteillage.

La CGT et les salariés, pendant tout ce temps, ont résisté pour préserver l’essentiel, pour éviter les licenciements secs et bien sûr maintenir les acquis sociaux. Grace à la lutte et à la solidarité, Nestlé n’aura pas atteint au moins un de ses objectifs : Casser la conscience collective, briser la CGT et ainsi effacer l’histoire sociale de Perrier !

En 2006, la multinationale tente de porter le coup fatal en menaçant de produire du Perrier ailleurs qu’à Vergèze. Même s’il est impossible de faire du Perrier ailleurs, la menace a été prise au sérieux quant au risque que Nestlé utilise la Marque sur d’autres sources et crée l’ambigüité tout en trompant les consommateurs.

Une forme de lutte supplémentaire a donc vu le jour au travers de « L’Association pour la Défense de la Source Perrier ». Cette action a permis d’alerter toute une région ainsi que ses élus.

La municipalité de Vergèze a pris une délibération pour modifier le nom du lieu dit « Les Bouillens » en « Source Perrier-Les Bouillens ». Le fait de rattacher le nom de la source au sol empêche son exploitation ailleurs, et confirme la réalité historique et naturelle. Nestlé a contesté juridiquement le pouvoir du Maire à modifier le nom.

Dernièrement la justice a tranché en faveur de la municipalité. Le conseil municipal a compétence pour changer le nom du lieu dit s’il s’avère qu’il y ait un intérêt public communal, ce qu’ont reconnu les juges.

Mais, dans le but de mettre un terme aux procédures en justice, le Maire et le Président de Nestlé Waters se sont rencontrés. Le Maire a décidé de ne pas modifier le nom du lieu-dit et Nestlé abandonne toute action en justice. Cette décision repose sur l’engagement de Nestlé, prouvé au travers de lourds investissements à Vergèze, de démontrer qu’il est nullement question de délocalisation.

La CGT a rencontré également le Maire de Vergèze et celui-ci affirme que si Nestlé tente à nouveau une menace de délocalisation, sous quelque forme que ce soit, il appliquera le changement de dénomination, tel qu’il en a le pouvoir. La CGT y veillera. Nestlé et tous les acteurs concernés par ce sujet ne doivent pas perdre de vue, que si la CGT devait sur un coup user toute sa force et ses moyens, ce serait sur celui-ci.

photo Midi Libre (voir références plus bas)

Il est vrai qu’aujourd’hui le contexte a changé. Le développement de Perrier est à nouveau au rendez vous : 980 millions de bouteilles vendues en 2012. 1 milliard 80 millions de bouteilles prévus pour 2013 et des prévisions à 2015 atteignant 1 milliard 200 millions de cols.

L’implantation de nouvelles lignes de production et la rénovation de l’usine de P1 qui était destinée à la destruction il y a seulement 2 ans, sont aussi des signes encourageants de pérennité.

Du coté de l’emploi, c’est enfin une amorce d’embauches qui voit le jour : 25 titularisations sur 2 ans, portant l’effectif titulaire à 945 et plus de 100 CDD présents tout au long de l’année.

Nul doute, que sans la lutte acharnée, déterminée et responsable de la CGT avec les salariés, le scénario aurait été tout autre.

Confiante sur l’avenir, mais méfiante envers les stratégies économiques et sociales d’une multinationale, la CGT œuvrera à travers le développement des volumes et de l’entreprise, à garantir et gagner des acquis pour les salariés d’aujourd’hui et de demain.

La CGT le 23 mai 2013

*=*=*=*=*=*=*

Pour les sémaphoriens qui veulent aller plus loin, on se souviendra qu’en novembre 2012, Midi Libre avait titré « Perrier : la guerre des bulles ». L’occasion de relire l’article. http://www.midilibre.fr/2012/11/20/perrier-la-guerre-des-bulles,597639.php

Petit voyage historique intéressant sur le site officiel de la Source : http://www.perrier.com/fr/decouvrirperrier.html

Et la page Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Perrier_%28eau_min%C3%A9rale%29