La dédiabolisation, c’est pas gagné !

« Putain de salope, tuez-la ! » ; « Sale négresse de merde » ; « Nique ta mère sale pute » ; « Qu’ils les violent avec un bout de bois clouté ».

Ces propos entendus le 1er mai pourraient résumer à eux seuls la pensée de la jean-marie_-_Copiefachosphère qui ne rate pas une intervention du clan Le Pen. Et la fifille du borgne a beau exclure et exclure du parti les adhérents qui dérapent, il en reste encore et toujours. Ce qui nous a aussi permis d’entendre : « Sale journalistes de merde ! Pédés de rouges ! ».
C’est à dire qu’il suffit de seulement sept mots à certains pour critiquer en même temps la presse, l’homosexualité et le communisme ! Voilà le langage châtié et toute l’idéologie de ceux qui parlent par ailleurs des « racines chrétiennes » de la France et prétendent représenter « le plus grand parti de France des travailleurs » !
photo
D’après l’AFP, sept interpellations ont eu lieu, dont trois membres de la sécurité FN.
Deux plaintes ont été annoncées, l’une de la part des Femen pour « violences, violation de domicile et arrestation arbitraire », l’autre de la part de Marine Le Pen pour « violences volontaires » et « atteinte à la liberté de manifester ».
Là, franchement, on ne comprend pas, Marine. Les Femen n’auraient pas droit à la même liberté de manifester que les dégénérés du FN ? Quant aux violences volontaires… Là faut consulter  l’ophtalmo car visiblement la vue baisse jusqu’à l’aveuglement. Qui est violent, déjà ?

Un autre incident a perturbé l’événement frontiste : l’agression de deux équipes de télévision, de Canal Plus et France 5, pendant le discours de Marine Le Pen. Alors que trois journalistes du « Petit Journal » de Canal Plus filmaient aux abords du carré VIP du Front national, l’eurodéputé Bruno Gollnisch a tenté de saisir leur perche et leur a donné des coups avec son parapluie. « Journoputes », « journalopes », ont lancé les militants frontistes. Le langage des partisans de la haine est décidément très créatif.
Les journalopes ont donc été violemment pris à partie, avant d’être évacués par le service d’ordre du parti.
Dans le reste du cortège, on retrouvait bien sûr les slogans « officiels » du FN – « ni droite, ni gauche, Front national », « France Marine, Liberté », « Hollande t’es foutu, la jeunesse est dans la rue » , mais on pouvait aussi voir des militants distribuer le journal d’extrême droite Rivarol, tel autre porter le blouson des néonazis grecs d’Aube dorée et des identitaires défilant sous leurs drapeaux. Le voilà, le Front National enfin révélé dans toute sa splendeur.

On a beaucoup aimé le slogan "Hollande t'es foutu, la jeunesse est dans la rue"...

On a beaucoup aimé le slogan « Hollande t’es foutu, la jeunesse est dans la rue »…

Sur son blog, Alexis Corbière a noté le reste : « Loin d’un prétendu désaccord de fond entre Jean-Marie Le Pen et elle, et devant un public clairsemé, Marine Le Pen a livré aujourd’hui un discours classique d’extrême droite se concentrant contre l’immigration et la « menace islamiste ».
En plus d’une heure, elle n’a jamais évoqué les inégalités sociales qui se creusent dans le pays, les 5,6 millions de chômeurs, les 8 millions de pauvres, les bas salaires, les loyers trop élevés, etc.
Elle n’a pas dit un mot contre la fraude et l’évasion fiscale qui représentent pourtant plus de 80 milliards d’euros. Peut-être craignait-elle que les récentes révélations de la presse sur l’argent caché par son père en Suisse ne lui reviennent au visage ? »
Reste à comprendre comment, dans un pays démocratique, un service d’ordre privé peut se permettre, sous les regards de la police nationale, de pénétrer dans une chambre d’hôtel, y malmener des femmes sous l’œil des caméras, et les séquestrer un certain temps.
De par la loi, même la direction de l’hôtel ne peut s’autoriser ce droit d’entrer une chambre dûment occupée, encore moins l’ouvrir à des intrus. Seule est habilitée une police munie d’une commission rogatoire. Espérons que de valables informations suivront quant à la sanction qu’il convient de donner à ces violences, surtout de la part d’un gouvernement si prompt par ailleurs à s’émouvoir d’un foulard ou d’une jupe un peu longue.
Mais qu’il soit dit que les journaleux, les homos, les cocos, les nègres et les bicots en ont ras-le-pompon et n’espèreront plus très longtemps si justice n’est pas faite. Si le racisme n’est pas une opinion comme une autre mais un délit, qu’attendez-vous messieurs Hollande, Valls et Cazeneuve pour appliquer la loi ?
À suivre donc, car nous ne lâcherons rien !

Heil le Pen

Urbanisme et violence

« Urbanisme et violence contemporaine », une conférence de Jean-Pierre Garnier

On ne présente plus Jean-Pierre Garnier et son parler vrai, que les sémaphoriens avaient déjà pu découvrir dans nos pages en mai 2013 à propos de « La deuxième droite ». Le sociologue aborde ici le rapport étroit qui lie l’urbanisme à un certain type de violence, dite « des banlieues », une violence plus que jamais au cœur de l’actualité et qui nécessite quelques rappels en arrière pour comprendre pourquoi nous en sommes arrivés à ces cités aux quartiers déshumanisés, il vaudrait mieux dire déshumanisants.

Une vidéo à l’attention de tous les responsables impliqués dans les choix d’architecture et d’urbanisme.