Affaire Serge Dassault_le suivi

Le Sénat vient de se prononcer contre la levée de l’immunité de Serge Dassault dans l’affaire de corruption électorale qui secoue Corbeil-Essonnes. Hier, Mediapart révélait que des écoutes téléphoniques montrent qu’un proche du sénateur milliardaire a conseillé dès les premières heures de sa cavale un homme qui avait tenté d’assassiner, en février 2013, l’auteur d’une vidéo accablante pour l’élu UMP.

Ce « conseilleur », considéré à Corbeil comme un acteur clé de la galaxie Dassault, a refusé de répondre aux questions de Mediapart, se contentant de les menacer de poursuites judiciaires si son nom était cité. Nous nous faisons donc un plaisir de le répéter à Sémaphores : cet homme se nomme Machiré Gassama.

Depuis le 3 janvier, Machiré Gassama, Serge Dassault, Jean-Pierre Bechter ainsi qu’un diplomate marocain étaient visés par une plainte pour « association de malfaiteurs ».

Rappel : Bechter est le maire de Corbeil, mis en place par Dassault qui ne pouvait plus se présenter pour cause avérée de fraude électorale. Mais force est de constater que tous les manquements aux règles de la République et de la démocratie n’empêchent pas de siéger au Sénat, cette assemblée non élue par le peuple, et qui semble confondre immunité et impunité.

Entre leurs mains, les élus avaient pourtant un document rédigé par les magistrats, qui révèle l’existence d’un compte au Liban baptisé “Iskandia” duquel ont été retirés 3 millions d’euros au cœur des soupçons de corruption électorale à Corbeil-Essonnes.

Face à cette énième affaire Dassault, dans laquelle il y a tout de même eu tentative de faire disparaître un témoin gênant, une première pétition avait été proposée, qui visait à obtenir la levée de l’immunité parlementaire du mis en cause. Aux dernières nouvelles, nous avons été 16 000 signataires, ce qui n’est pas mal mais nous semble peu en regard du nombre de ceux qui prétendent s’intéresser à la politique et s’apprêtent à voter prochainement.

Aujourd’hui, par une seconde pétition, nous appelons à rendre publics les votes sur la levée du sénateur Serge Dassault. Les accusations formulées par la justice sont trop graves et le vote secret ne devrait pas exister dans une démocratie moderne. Nous devons savoir qui tient à protéger le sénateur marchand d’armes et pourquoi.

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Senateurs_membres_du_bureau_du_Senat_Non_au_vote_secret_Levee_de_limmunite_de_Serge_Dassault/?tazGwdb

ajout le 9 janvier : Finalement, comme on apprend aussi que les sénateurs se sont prononcés à l’unanimité des votants moins une voix contre la levée d’immunité, on peut considérer que cette assemblée de salopards (les mêmes qui étaient contre le cumul des mandats sauf pour eux) vient de déclarer la guerre à l’esprit républicain.

à suivre, car nous n’allons pas les lâcher de sitôt, et n’avons pas d’autres vœux de bonne année à leur égard que celui de les empêcher de dormir tranquille.

bonus :

On nous dit que le papi gâteux ne se contente pas d’acheter ses électeurs mais qu’il finance aussi des associations philosophiques ou humanistes. Mais qui veut se faire une idée de la manière dont l’équipe Dassault traite les journalistes qui posent des questions dérangeantes gagnera à écouter l’enregistrement suivant. C’était il y a quelques années (2009 ?). Pascale Pascarellio était en reportage pour France Inter… Elle ne devait pas avoir les bonnes questions. (note : il n’y a pas d’image, seulement la bande son)

 

Les commentaires sont fermés.